Rétribution

Guilde RP sur Kirin Tor - World of Warcraft
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Séparation

Aller en bas 
AuteurMessage
Alma Tolledo
Mercenaire
avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 18/11/2016
Age : 31

MessageSujet: Séparation   Sam 7 Oct - 16:15

Elle flottait, là, subissant la pression sur ses tympans du liquide dans lequel elle flottait, incapable de se mouvoir, tétanisée. Il n'y avait rien de rassurant, pas même les rais de lumière qui venaient percer devant ses yeux, déformés par le trouble dans lequel elle baignait.  Peut-être était-elle morte, difficile à dire tant qu'elle voyait au travers de l'écran aqueux la sale trogne de Marvin se moquer alors qu'il n'avait pas conscience qu'elle était entrain de se noyer. Son instinct de survie eu pourtant raison d'elle, et c'est en puisant dans ses dernières ressources qu'elle put s'extraire, en nombre de gestes désespérés et ridicules, de ce linceul salé qui était prêt à la vêtir pour un voyage sans retour, se lançant a corps perdu à l'assaut de ce gamin un peu rebondit.

"J'vais te tuer !!!"  

Les deux silhouettes ne mirent pas beaucoup de temps à s'effacer du paysage d'Austrivage, l'un mort de rire, l'autre, folle de rage, laissant sur son sillage plusieurs gouttelettes tirées de l'océan. Nul n'aurait pu savoir qu'ils en serait encore là, vingt ans après.



*** 


"Et on finira tous plein aux as !"

Une main suffisait largement pour compter l'ensemble des membres que constituait leur petit groupe. Ils avaient grandit ensemble pour la plupart, à trainer dans les ruelles du petit village côtier, et s'étaient tous décidés à l'unisson d'entreprendre une longue et prospère carrière dans le mercenariat. Petit à petit, tous avaient finit par s'éloigner des côtes d'Austrivage pour s'attaquer à du plus gros gibier, en troupe désordonnée mais soudée. Ce soir là, ils étaient réunis autour d'un feu, un petit campement de bandits de grands chemin mis en déroute. Un des jeunes était occupé à tourner deux lapins au dessus du feu de camp, tandis que les autres rêvaient déjà de grandeur.

" Franchement, le Norfendre, ou Kalimdor, ça c'est de la vraie aventure. Faut qu'on file de ce trou paumé."

"Ouais, on est biens, là, on est prêts."


Les yeux rivés sur un ciel étoilé, tous se voyaient un jour à l'honneur d'un récit de barde.


*** 


Austrivage n'était plus. La si belle et paisible Austrivage avait été noyée sous un flot de peste, ne laissant que pour seul témoin d'une vie passée, les fondations encore solides de quelques maisons, résistantes à la vague pestiférée qui avait tout englouti.
Ils avaient bien entendu les rumeurs à leur retour du Norfendre, et se devaient de revenir sur leurs pas, pour en être bien sûr.  
Le silence morne d'un paysage sans vie était bouleversé par les sanglots saccadés et réprimés du duo resté en retrait pour observer le désastre. L'une n'avait pas réellement d'attaches, si ce n'est les fondations même de son enfance qui ne tenaient qu'à des souvenirs inoubliables, emportés avec elle encore à ce jour. L'autre, venait de tout perdre. Ses racines, ses parents, tout lui avait été dérobé sans crier gare. Il n'y avait pas de mots pour justifier un tel acte, encore moins pour le rassurer.

Les bras de la blonde s'empressèrent de se refermer sur les épaules larges de son âme sœur, ne le lachant pas avant qu'il ne soit prêt à se relever. Un seul murmure aura troublé ces nombreuses heures de perdition : "On les aura, ces putains d'enculés, je te le jure qu'on va leur faire regretter."


***


"On va faire quoi, maintenant ? "

La blonde grondait, tant de douleur que de frustration, sur la petite embarcation qui avait pour but de les ramener vers Hurlevent. De nombreuses années avaient défilé et si leur groupe avait, au fil de tout ce temps été réduit à peau de chagrin, il ne restait plus que ces deux-là. Ce duo infernal que certains avaient même finis par surnommer l'ogre à deux têtes.  
Ils avaient été forcés d'abandonner le dernier en Tornheim, au profit de leur propre survie qui elle-même tenait plus du miracle qu'autre chose. Olivia se tourna en direction de Marvin, occupé à panser ses blessures entre deux houles.

"J'en sais rien, faut qu'on se remette sur pied, Olivia. On a le temps de voir, hein, puis on va rebondir." Lui-même ne semblait pas sûr de ce qu'il avançait sur ce coup-là. Se savoir les deux seuls survivants d'une poignée d'amis d'enfance avait quelquechose de surréaliste. Bien sûr, il en restait un ou deux qui avaient fini par choisir les rangs de l'Armée plutôt que de finir mercenaires à l'aube de leur vie d'adulte, mais même pour eux, il n'y avait aucune certitude qu'ils soient encore en vie, et que le destin veuille bien les mettres sur le chemin du duo infernal. "Ecoute, hein. On va profiter, déjà, on l'a bien mérité, et puis..."

Une vague brutale vint interrompre la discussion des deux, forçant la blonde à se repliser sur elle-même au fond de sa couche de fortune. Au moins tout autant que la peur de perdre l'autre, elle redoutait les abysses marins, prêts à engloutir n'importe quel navire sur un coup du destin.


*** 


Ils avaient fini par rebondir et Haut-Roc avait accueilli la troupe de la Rétribution, à laquelle ils s'étaient récemment greffés. Elle n'avait d'ailleurs pas tardé a mettre ses talents en exergue lorsqu'il fut nécessaire de prendre les rênes d'un élan pour s'adonner à un tout autre sport : le fauchage de kobold au galop.
Le Voile d'Hiver approchait à grand pas et le duo s'était vu rajouter un membre, difficilement accroché mais tenant bon. Taylor était un bon gars, ce genre de type qu'avait connu Olivia et dont elle s'était débarrassée sans aucune forme de regret généralement quelques jours, au mieux, après leurs rencontres. Mais lui s'était accroché, peut-être même un peu trop. Il était présent, toujours, et il était même parfois difficile à croire que celui-ci ne connaissait que depuis peu les jumeaux terribles que formaient Marvin et Olivia.  

Les rares moments où ce dernier se retrouvait seul avec la blonde se soldaient souvent de la même façon : de terribles prises de têtes sans grande logique, simple fruit de la confrontation de la susceptibilité de l'un et de l'incapacité de l'autre à s'exprimer ouvertement.

"Tu sais, de toute façon, faudra t'y faire, ça durera pas."

Tant d'anecdotes qui arrachaient un sourire à la blonde, placées sous le signe d'une terrifiante maladresse mutuelle.


***  


Les abysses l'avaient avalée, Marvin aussi. Mais tout comme certains, ils eurent vite fait d'être recrachés. Ouvrir les yeux pleinement était comme un millier de brûlûres tant la différence de luminosité était forte, au sortir de cette grotte monstrueuse. C'était leur première mission à tous deux en tant que Sergents. Ils avaient vu à l'intérieur, les derniers survivants qui avaient rejoint avec eux Haut-Roc. Tarhïel avait succombé au pouvoir et tout le monde lui en avait tenu rigueur, sauf peut-être elle, qui au fond, n'en avait même pas été étonnée.  
La colère qui l'avait envahie était pourtant bien palpable, et tous les discours du monde n'auraient su l'apaiser.  
Elle en était revenue changée, à jamais rongée par ces visions d'horreur. A jamais rongée par l'image de toute la troupe succombant aux abysses, Marvin y compris, ne l'ayant laissée, dans son cauchemar, que seule survivante pour témoigner de l'horreur.

"C'était que des visions, heh, je suis là." Combien de fois Marvin avait-il fallut le lui rappeler pour la rassurer, n'écopant que quelques paroles pudiques en guise de réponses : "Je sais, ça a interet à rester comme ça, Putain. Puis tant que je suis là, je te porte chance, hein."


*** 


Il avait disparu. La nouvelle était tombée comme une mauvaise blague, et elle s'était refusée à le croire.  
"Quoi, Marvin se faire enlever ? Arrêtez d'être cons, il vont jamais le supporter et le relâcher, p'tain." Pourtant, il n'était pas revenu, ni une heure après la nouvelle, ni le lendemain. La réalité était bien là et l'avait secouée de toutes parts. Si elle avait été là, jamais cela ne se serait pas passé de la sorte. Elle aurait probablement soulevé terre et ciel pour l'empêcher de se retrouver ainsi coincé, quitte à devoir tout deux fuir sans ne jamais revenir. Ce n'était pas la première fois, ça ne serait pas la dernière.
La peur animait toutefois chacune de ses actions, alors qu'elle se rendait à l'évidence. Tous ses repères, tout son monde venait de s'écrouler à l'instant même où le simple fait de le perdre devenait réalisable.  

Elle avait repris les armes, nourrie de l'espoir de finir par le libérer. D'autant qu'elle avait pris l'habitude de se le repeter maintes et maintes fois depuis que la présence du Sergent ne se faisait plus ressentir dans le campement : "Si personne ne se bouge, c'est moi qui irait le chercher, coûte que coûte."

Très vite, la situation avait dégénéré et le tout nouveau Sergent Kelton, qui avait finalement succédé a son poste peinait à tenir une troupe submergée de toute parts.  
" CASSEZ VOUS, JE LES RETIENS !"  
Le cri rauque de la mercenaire claquait parmi de nombreux coups de feu et de tintement de fers croisés, alors qu'elle s'était jetée à l'assaut d'une vingtaine d'hommes à elle seule, sous le regard bien las de celui à qui elle devait la vie quelques minutes plus tôt.
Ils étaient là, les hommes de Garrett, autant de vies à prendre pour la moitié d'âme qu'ils avaient dérobée aux yeux de la blonde. Autant de têtes à tomber qui manqueraient le jour où il faudrait aller le libérer. Autant de temps à gagner pour que le reste de la compagnie puisse effectuer une retraite.

Elle n'avait nullement l'intention de ployer le genou, encore moins de satisfaire ses ennemis qui peinaient à mettre en déroute l'insatiable guerrière. Le nombre d'assaillants était toutefois bien trop grand pour un seul homme et elle se voyait faiblir, sans que cela ne puisse suffire à la faire reculer pour de bon.  
La tête d'un soldat de Garett vint rouler au sol, juste aux pieds du nouveau Sergent qui avait fini par la rejoindre.

"C'est un ordre, Olivia ! Repliez vous !!!" Elle était sourde à ses appels et avait même répondu par l'invective. "Bordel, rien à foutre de vos putains d'ordre, je gagne du temps cassez vous !"

La bataille était rude, et le nombre de soldats réduit à une petite poignée d'homme pouvaient faire pâle figure face à la férocité des coups d'Olivia. La victoire était assurée, elle voyait enfin le bout d'une lutte acharnée contre toute cette poignée d'homme qui ne se mettront plus jamais en travers du chemin qui la mènerait à Marvin.
Une quinte de toux atrocement salée et au gout ferreux vint la rappeler à la réalité. Un genou a terre, très rapidement rejoint par l'autre, se voyait bientôt décoré d'un flot de sang recraché avant que son visage ne vienne lui aussi fouler le sol boueux, inerte.

Elle flottait, là, incapable de se mouvoir, tétanisée. Il y avait pourtant dans l'air, quelque chose de rassurant, quelques rais de lumière venant déformer en nombreux volutes l'abysse dans lequel elle glissait. Le doux spectacle de nombreux souvenirs vint ensuite défiler devant ses yeux, lui faisant peu à peu ignorer l'humidité de son propre sang dans lequel elle baignait et se noyait. Elle était en train de mourir, sans aucun doute. Le doute était encore moins permis lorsqu'elle aperçu le tout jeune Marvin, lui tendre la main pour la sortir de là. Les deux jeunes enfants, réunis, se mirent en route pour jouer ensemble.

Le visage rude de la mercenaire s'éteint en s'ourlant d'une expression sereine.


_________________
Tremble, Hellheim, car Olivia va y foutre le bordel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Séparation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rétribution :: Le campement :: Le feu de camp :: Histoires-
Sauter vers: