Rétribution

Guilde RP sur Kirin Tor - World of Warcraft
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rose cristalline

Aller en bas 
AuteurMessage
Helios
Mercenaire
avatar

Messages : 661
Date d'inscription : 24/08/2013
Age : 22

MessageSujet: Rose cristalline   Jeu 25 Jan - 21:24

Citation :
Il me semble savoir à présent qui je suis. Suis-je Etheran ?
Etheran n’est pas un nom : c’est moi. C’est ma vie, une histoire parmi d’autres. Peut-être pas aussi captivante que l’odyssée d’un héros guerrier ou stratège, mais c’est mon histoire et j’y tiens.
A présent je vois l’autre côté du miroir, une statue peinée, molle. Si molle. Mais au moins elle sait.
Là je regarde les nuages dans le ciel, un gros blanc, un autre tortillé comme des escaliers – certains me ressemblent ou à d’autres.
C’est un petit monde que je suis le seul à connaître.

Aux pieds de la colline coulait une rivière de marbre blanc. Elle brillait, brillait si fort que du sommet on n’en apercevait que l’éclat. Pourtant elle ne bougeait pas, cette rivière ; et personne ne la visitait ; personne ne la connaît.

Sans Père le monde est différent.
Ce monde que voient grandir mes yeux, frôler mes doigts. C’est lui mon Soleil. Mais je ressens peu sous ma chrysalide – ni chaleur ni désir ? Pas à ce point. Il faudrait avoir le cœur dur comme un roc pour oublier.

Il y avait un puits jadis, que l’onde pure nourrissait comme les roseaux mordorés du petit espace. Vint pourtant un jour où elle se figea pour mieux refléter les rayons orientés par la colline. On cessa alors de puiser. Moi je me souviens.

Quelle est ma couleur ? Celle du Vent, de la Mer, de la Neige. Celle du gel, de la faim, de la mort. Finalement il ne reste que le néant.
Le monde est si beau. Couronné de mille teintes, il se tord, meurt et renaît à volonté sous de nouveaux angles. Du rouge au bleu une vie s’éteint et le ciel s’étend à perte de vue.
Ce ne sont pas mes mots.
Est-ce un mal que d’emprunter à l’ami ses convictions pour se constituer un avis propre ? Puisqu’ils me plaisent aussi. Je dois avoir l’âme d’un scientifique mais l’objet d’art me fascine : guide-moi ailleurs s’il te plaît.
S’il ne te plaît pas de le faire, alors reste-là et attends, j’en aurai bientôt terminé.

L’autre jour je me suis laissé guider par la brise, et c’était plutôt grisant. Non pas d’aller sans but mais au plus près des mots – le gris me correspond mieux que le blanc. Le blanc est pur et parfait, sans tache et lisse comme le marbre poli.
Je suis brut. Pas plus que ces prairies bariolées qui ornent les tapisseries sans une saveur. Pas plus que la branche trop fine pour supporter l’auguste fessier des rapaces. Simplement il faut me constituer une identité pour comprendre.
Une fois faite, elle sort de sa caverne et aborde le premier venu, arrête s’il est trop similaire ou décide de l’ignorer. Alors l’identité ne suffit plus, il faut une valeur propre et la spécificité de quelques choses.
Pourtant on ne peut pas toujours cultiver son originalité. Tout au plus on prend conscience de son existence, puis on en parle à un ami qui à défaut de détours pointera sa valeur immédiate : « Lance-toi. » Mais en quel honneur ?
Depuis quand s’affirmer dans une caste rend heureux ? Ce n’est pas mon cas. Je n’ai pas besoin d’être assimilé à l’autre ou partager des désirs indécents.

Un chaton vivait d’un côté et son frère de l’autre de la rive. Ils se voyaient toujours et s’appelaient. L’un se blessa sur le rebord de marbre rêche, et l’autre pleura sans savoir pourquoi.
Ils ne partageaient rien sinon un désir pour l’extérieur.
Le plus faible n’essayait pas de traverser la rivière, il avait peur de se dévoiler au monde.
Il attendait que les années passent.
Est mort sans l’accepter.

Ceci n’est pas une allégorie. Ceci ne doit pas être interprété maladroitement. Je m’exprime à travers ce texte car il n’est pas d’autre solution dans l’instant. Je ne suis pas Etheran par goût mais nécessité.
Il faut un Etheran pour ressentir du nouveau, appréhender l’ancien.
Rauros est réel aussi.
C’est mon seul terrain de jeu.
Croyez-le ou non, je suis devenu quelqu’un à force de côtoyer l’ami sans gêne.
Maintenant il faut faire table rase ou attendre que souffle le vent sur mon visage ou le miroir.
Ceci n’est pas une allégorie.
J’insiste bien au cas où vous y verriez une mauvaise tentative d’exprimer quelque chose de vrai.

Qu’est-ce qui est vrai d’ailleurs ? Je porte toujours la même tenue bleue. Vrai. Plus jeune j’aimais écraser les insectes. Vrai. Ces saletés s’arrangent trop bien et tout paraît si simple quand on mesure un centimètre. Je suis un elfe. Peut-être.
Plus jeune je pensais être grand par rapport aux autres garçons, maintenant ce n’est plus le cas.
Je pensais être gros aussi, mais je suis plus têtard que crapaud.

Père m’a offert une belle armure de combat.
Je me protégeais déjà.
Bah.
Peu importe au fond, autant la porter.
Un large tissu bardé de cuir fauve et plaques de métal brillantes pour me tenir chaud.

Vous ne trouvez pas que les longues descriptions sont aussi indécentes ? A part prouver un fantasme ou l’évaluer par des images que vous êtes le seul à véritablement comprendre, je n’en vois pas tellement l’intérêt. Et je m’en sors franchement mal.
Plutôt que décrire vous devriez réfléchir. Moi je passe mon temps à réfléchir.
Monsieur Sherborne a frappé un homme parce qu’il ne lui plaisait pas.
Pourrais-je le faire moi aussi ? Je ne suis pas un butor.
Père ordonne à qui de droit sans sourciller.
Pourrais-je le faire moi aussi ? Je ne suis pas un seigneur.

Vous êtes une fourmi dans un désert rempli d’autres fourmis. Elles transportent toutes une miette de pain, sauf certaines qui préfèrent les fruits. Qu’importe puisque tout revient à la Reine en fin de compte – vous me suivez ? Vous êtes donc une fourmi parmi d’autres milliers de fourmis, et vous portez la même chose qu’elles. Vous voudriez porter le fruit aussi mais ça ne changerait rien à votre vie, alors pourquoi se donner tant de mal ? Moi, je déteste me fatiguer inutilement.
Et c’est valable pour beaucoup de choses.
Mais ce n’est pas une allégorie.
Plutôt une métaphore.

A travers le miroir je vois Etheran qui me ressemble. Mais je suis aussi Etheran.
Alors nous sommes deux.
Ou bien la même personne.
D’un sort je brise ce reflet qui m’obsède, et son univers avec.
Un instant, tout est enfin clair.
Comme la rivière de marbre blanchit avec le temps on peut voir à travers ses veines minérales.
Une rose cristalline.
Écarlate.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rose cristalline
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Epo dragoune rose
» nez rose clignotant....
» le nez de Certiclignote rose, qu'est ce qu'il veut me dire?
» Chronique Politique - Le Flamand Rose par LouisHubert
» La Cabale de la Rose d'Ebène.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rétribution :: Le campement :: Le feu de camp :: Histoires-
Sauter vers: