Rétribution

Guilde RP sur Kirin Tor - World of Warcraft
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un peu étrange

Aller en bas 
AuteurMessage
Helios
Mercenaire
avatar

Messages : 667
Date d'inscription : 24/08/2013
Age : 22

MessageSujet: Un peu étrange   Mer 14 Fév - 18:52

Citation :
Acte I

Scène 1

Une seule porte relie l’atrium au jardin où sont disposés cinq pots de jonquilles en quatre points. Eumée attend à l’intérieur devant une chaise vide et Thalie arrose les plantes.

Thalie fort : Ô enfant de sang,
Tu chantes gaiement,
Ma mélodie…

Eumée égal : Tu chantes ma mie ?

Thalie s’interrompt et ouvre la porte.

Thalie inquiète : Cela vous incommode ?

Eumée : J’ai en mémoire une ode,
La sauriez-vous conter ?

Thalie surprise : Mais ne peux exister,
Helios…

Eumée sans relever : J’en frémis jusqu’à l’os !

Thalie spectrale : Helios… Pourriez-vous m’entendre ?

Eumée chuchotant : Et ne peux plus attendre.

Survient l’ombre Véloce par la fenêtre, agitant sa cape dans le vent.

Véloce mort : Cessez maintenant ! Vous ne trompez personne, assassin. Qui se prétend acteur de nos jours, et qui cela intéresse ? Vous gâchez votre talent dans l’expression de valeurs mortifères.

Eumée Helios : Que se passe-t-il ici ?

Thalie Helios : Du calme très cher, vous avez le teint affreux… Blanc…
Presque gris.

Helios irrité : Vous me faites sortir du rôle à présent !
Je vais vous arracher la peau.

Helios enjoué : Dévorez-moi !

Véloce se met à danser en agitant les bras et avançant comme un pantin désarticulé. Il renverse la chaise et bouscule Helios puis Helios qui chante.

Helios furieux : Sortez de mon théâtre maintenant ! Je vous trancherai la gorge…

Helios jovial : Fais-moi mal, l’ami-l’ami-l’ami. Envole-moi au ciel !

Véloce Helios : Suis-je ou ne suis-je pas une ombre ?

Entre Helios avec un bouquet de fleurs dans une main, la tête d’un troll dans l’autre. Helios ricane en saisissant la main d’Helios cependant qu’Helios fait les chœurs et qu’un orgue s’exprime en arrière-plan.

Helios fou : Lâche-moi !

Helios mystérieux : Tu ne peux pas comprendre ma douleur… mes yeux saignent !

Helios neutre : Quelqu’un veut des jonquilles ?

Helios explosif : Oh ! Ah ! Beloooo… Insistant Beloooore.

Helios forcené : Je vais lui couper la langue et la manger avec…

Helios l’interrompant : Du poivre ? Nous en faisons pousser aussi. Voyez.

Helios surpris : Non !

« Qu’est-ce que vous foutez ? Un passant s’était arrêté pour aviser du regard l’elfe cabriolant sur sa caisse. On vous entend gueuler depuis les canaux…
- Silence médiocre, laisse-moi briller ! » L’homme haussa les épaules puis s’écarta du fou comédien, et non l’inverse, qui changeait encore de masque.


Citation :
Helios troublé : Où en étions-nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helios
Mercenaire
avatar

Messages : 667
Date d'inscription : 24/08/2013
Age : 22

MessageSujet: Re: Un peu étrange   Mer 10 Oct - 18:04

Citation :
Interlude

Le mégaron est parcouru de mosaïques colorées et jets d’eau. Son toit est ouvert en deux endroits, des oculus donnant sur des représentations fantasmées du Soleil et de la Lune. Helios se tient au milieu, au premier plan, et un lynx s’arrête en traversant la scène.

Helios déclamant : Je suis un corps céleste, Soleil gracieux qui ne connaît son pareil dans le ciel bleu. Je suis un fou – un clown triste qui jamais ne s’ennuie, ou peut-être un jongleur. Je possède autant de couleurs que de masques riant à ma ceinture.

Il tourne sur lui-même et s’adresse au public, changeant plusieurs fois de masque.

Lynx grogne : Tu t’ignores, le fou. N’est plus tragédien celui qui oublie l’unité du corps poétique.

Helios narquois : Alors tu ne vaux pas mieux que moi ! Une bête sauvage qui se plaît à philosopher alors qu’elle ferait mieux de retourner chasser les papillons ; qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre !

Lynx : Ne me fais pas souffrir, nous avons la même essence.

Helios : Mais vas-tu te taire un jour ?

Lynx surpris : Non.

Helios : J’aimerais bien essayer. Regarde ce couteau que je porte, il a la même couleur que ton sang.

Frappé au cœur par une dague, le lynx s’effondre.

Soleil se lamentant : Ô mon fils, pourquoi t’arrache-t-on à moi si tôt ? Ce membre fantôme me fait souffrir, et pourtant. Je le sens encore – que se passe-t-il ?

La lumière de la Lune éclaire le corps immobile de Lynx qui se tortille avant de se redresser. Helios bondit en arrière, effrayé, alors que Lynx tourne sur lui-même et regarde ses mains sans comprendre ce qui lui est arrivé.

Helios moqueur : Ah !

Lynx : Ce n’est pas moi… c’est l’autre pute.

Helios : Pardon ?

Lynx : Tout le monde a peur de la mort !

Helios : Tu dis ça maintenant, mais lorsque c’est arrivé, tu n’as même pas cherché à demander de l’aide. Tu ne faisais confiance à personne oui – tu as attendu le dernier moment pour vivre. Ton sang se glaçait, et tu étais si seul, comme nous le sommes aujourd’hui.

Lynx : Non. Je ne le suis plus. Soleil, es-tu là ?

Soleil : Je ne l’entends plus, il est mort.

Helios riant : Tu vois ?

Lynx tremblant : Lune, es-tu avec moi ? Tu es ma seule lumière, j’ai besoin de toi pour exister. Ce n’était pas le cas avant, mais je le sens, tu es là. Tu es en moi.

Aucune réponse. Lynx tourne sur lui-même, se griffe et hurle plusieurs fois avant de pointer Helios du doigt.

Lynx énervé : Tu crois pouvoir me tourmenter si facilement ? Regarde !

Lynx récupère le poignard dont Helios s’était servi pour le tuer, et se l’enfonce dans la poitrine. Il s’effondre une fois encore, et la Lune l’éclaire pour lui redonner vie. Cette fois, on lui offre aussi une couronne de fleurs.

Lune : Ne pleure plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helios
Mercenaire
avatar

Messages : 667
Date d'inscription : 24/08/2013
Age : 22

MessageSujet: Re: Un peu étrange   Sam 13 Oct - 2:10

Citation :
Scène 2

Helios : Je suis mort, tu es mort, il est mort, nous sommes morts, vous serez morts, bientôt.

La pénombre du campement dessinait sur la tente d’étranges formes, des bras ou branches plus effilées que des lames de rasoir. L’elfe avait rassemblé et aligné au sol tous ses masques, au grand dam de son compagnon de couche, un autre anonyme.

Citation :
Second interlude

Helios tourne autour de Lynx en faisant des bruits de bouche et imitant une poule tandis que Lynx reste immobile, ajuste sa couronne en réaction. D’autres voix peuvent être entendues depuis les coulisses, des murmures.

Helios : Non seulement tu es seul à présent, mais tu n’es même plus libre de mourir ! Que penses-tu de cette nouvelle vie, espèce d’hypocrite ?

Lynx penaud : J’avais espéré mieux. Le monde était différent à mes yeux fermés – ils sont grand ouverts désormais.

Helios railleur : Ferme-les donc, je pourrais te les crever. De toute manière ils ne servent à rien, ils n’ont jamais servi ! Ô lynx au regard perçant même les nuages, que vois-je pourtant au-delà de ton crâne ? Moins d’esprit qu’une buse.

Lynx  : Tais-toi. Tais-toi. Tais-toi !

Helios : Que vais-je faire encore pour te sauver la mise ? Peut-être fourrer mes doigts dans la merde. Oh, ça nous ferait les pieds, j’y pense sérieusement.

Soleil se lamentant : Pourquoi mon fils doit-il être si malheureux, et comment puis-je l’aimer maintenant qu’il échappe aux cycles de la vie et de la mort ? Tout dans la nature est sacré, mais il n’y appartient plus. A présent il se perd entre la mer, la terre et le ciel, cet horizon sibyllin dont se rend maîtresse la Lune seule. M’est-il donc interdit, cet univers ? J’aurais dû le prévoir, l’empêcher – comme je regrette !

Helios embrasse Lynx sur la joue et l’enlace pendant une dizaine de secondes. La Lune l’éclaire et il s’effondre mort aux pieds de Lynx qui se met à pleurer. Il rejoint le second plan et tend ses mains vers la Lune pour déclamer.

Lynx suppliant : Lune ! Es-tu là Lune ?

Soleil : Si je le tue, il reviendra plus désespéré encore. Il n’existe qu’un seul moyen pour délivrer mon fils de ses tourments.

Lynx : Réponds-moi je t’en prie… j’ai attendu si longtemps…

La lumière de la Lune disparaît et Lynx sort de la scène en sanglotant. Un lion entre alors et gagne le premier plan, avise le public et rugit. La Lune l’enveloppe, éclipsant le Soleil.

Lynx hors champ : Ne suis-je qu’un pion ?

Lune au lion : Tu serviras la main du destin, champion des hommes et des bêtes.

Lynx plus fort : N’ai-je rien mérité de mieux qu’une vie d’esclave, moi qui suis né prince ?

Lune : A la fin, tout revient aux mystères.

Lynx entre à nouveau sur scène avec la dague d’Helios et s’approche du lion depuis l’arrière-plan. Il le frappe dans le dos et le lion s'écroule lourdement.

Lynx pour lui-même : S’il est son préféré, je le détruirai. Je détruirai tout ce qui n’est pas moi. Je détruirai tout ce qui m’est refusé, et le ferai saigner jusqu’à ce qu’un flot grouillant de pensées m’engloutisse. Je mourrai, oui, mais avec ma liberté au cœur.

Soleil descendant : Oui ! C’est cela mon fils, tu vois ces chaînes qui te retiennent, brise-les ! Reviens à moi et nous serons heureux qu’aucun astre ne joue avec ton cœur.

Lynx se jette sur le Soleil et le tue à son tour. Il s’agenouille pour se pencher sur son corps et commence à le dévorer tandis que la lumière de la Lune enveloppe le corps du lion, qui se réveille et tue Lynx.

Lune : Il n’en sera rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un peu étrange   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un peu étrange
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une lettre étrange...
» Énigme 171 : Étrange égalité
» [Fiche] judoBoy
» Panda feu/air (étrange non ?)
» Antiques et curiosités

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rétribution :: Le campement :: Le feu de camp :: Histoires-
Sauter vers: