Rétribution

Guilde RP sur Kirin Tor - World of Warcraft
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pride Tucker : Chronique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alessia Ducatore
Mercenaire
avatar

Messages : 294
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 23

MessageSujet: Pride Tucker : Chronique   Ven 6 Juin - 14:38

1ère partie : L'aube d'une rivalité

Le soleil encore bas traversait la lucarne au bout du couloir de briques, les murs recouverts des portraits de cent aïeuls, ce pêle-mêle interrompu par la présence de lourdes portes de bois réparties de façon régulière, ainsi que par des torches tenues dans des cerceaux ouvragés en fonte. Se tenant dos au mur, un homme d'une armure de cuir vêtue, recouvert de sang et de boue, une épaisse fourrure lui servant de cape, agrafée par une épingle sertie de plusieurs rubis.  Son visage austère portait les stigmates du temps, arborant la cinquantaine ou n'en était-il guère loin, ses cheveux poivre et sel le témoignaient, le regard perdu dans le vague, tremblant d'une sombre inquiétude.

C'est après une longue attente dans le silence que la porte s'ouvrit pour dévoiler une femme âgée vêtue d'une bure brune, les mains recouvertes de sang, celle-ci fit alors signe à l'homme dans le couloir qui tourna à peine la tête pour la jauger de toute sa hauteur avant de se lasser du mur sur lequel il prenait appui pour la suivre. Ils entrèrent alors dans une vaste chambre, richement décorée par d'innombrables tapisseries, tableaux, meubles en chêne, et tout au milieu une bassine à l'eau troublée par l'essence pourpre, plusieurs femmes agglutinées autour du lit, cachant en partie une jeune femme d'une beauté presque surnaturelle, si ce n'est gonflée par le miracle de la vie, et, dans ses bras, se recueillaient une forme ronde, enveloppée dans des draps blancs. Bien vite, toute les sages-femmes s'écartaient pour laisser l'homme approcher, ce qu'il fit avec toute la prestance d'un chevalier expérimenté.
« - Est-ce un fils? Demanda-t-il d'une voix dure, sèche, en lançant un regard cinglant à son épouse.
-Non. Souffla-t-elle, épuisée, ses yeux ne quittèrent pas un instant sa progéniture.
-Sommes-nous donc maudits.. Qu'il gronda pour exprimer sa frustration, frappant de son pied une corbeille de linge ensanglanté près de lui pour expulser sa rage. »

Un long silence pris alors place dans la pièce, une certaine tension s'installait, mais, étonnamment souriante, la jeune mère exprima un rire de joie tout en dévoilant sa progéniture.. Effectivement, il n'y avait pas un fils.. Mais deux. Se chamaillant dans les bras de leur mère, les yeux encore clos, agitant leurs poing dangereusement l'un vers l'autre, braillant à souhait, une scène qui arracha un douloureux sourire au père si exigeant, avant qu'il ne sorte de la pièce, satisfait. Une sage-femme alors en profitant pour s'approcher et demander : « 
-Comment allez-vous les nommer, ma dame ? Pardonnez mon impatience mais...
-Kimbly, affirma-t-elle sans laisser le temps à sa servante de finir sa phrase, ajoutant ensuite: et pour le premier.. Pour honorer l'inébranlable fierté de mon mari :Pride. »

<Tuckerface>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alessia Ducatore
Mercenaire
avatar

Messages : 294
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Pride Tucker : Chronique   Dim 12 Oct - 0:31

2ème partie : L'examen

Dans l'atelier d'alchimie du maître de Pride, qui, le voici un homme-fait, œuvrant sur l'alambic présent au fond de la pièce, entre les cages de cobayes et la réserve de composant, dans l'obscurité déclinante sous le regard embrasé d'une bougie. C'était un atelier modeste, situé dans une maigre ruelle non-loin de la Citadelle Pourpre, vendant quelques décoctions et mixtures curatives, le tout, sous la main moite d'Orys Ouggler, un vieil homme gris, de longs cheveux gris, une longue barbe grise, une longue bure grise, la peau grise, les yeux gris, tout chez lui n'inspirait que monotonie sous ses airs de vieillard sénile, ses mains tremblantes, sa démarche difficile, mais comme bien d'autres comme lui, son apparence n'avait rien à envier à sa connaissance sans limite sur l'art de l'alchimie, sous toute les formes que nous pouvons lui associer. En ce jour, il surveillait Pride d'un œil, tout en se tenant à l'entrée de la boutique, observant la ruelle jusqu'à ce qu'il vit un petit homme moustachu à l'air mauvais, grassouillet, dans une robe de soie noire, décorée d'argent, ce petit bonhomme était flanqué de deux soldats engoncés dans de lourdes armures pourpres, armés d'épée et de bouclier qui luisaient sous l'effet de puissants enchantements, ces trois hommes s'approchaient de l'atelier, bousculant le vieil homme pour finalement entourer Pride qui se retourna vivement, alerté par le vacarme causé par cette entrée osée. Le petit homme s'exprima alors, d'une voix nasillarde et légèrement pincée :
« -Monsieur Pride Tucker, votre examen a lieu d'ici quelques instants et nous n'avons toujours aucun rapport de vos travaux. Avez-vous quelque chose à nous présenter, monsieur Tucker ?
-Mes travaux sont à aboutissement, ils- Et c'est avec impatience que le recteur l'interrompu.
-Avez-vous quelque chose à nous présenter, monsieur Tucker ?
-Oui. Dit le jeune alchimiste, résigné. »
Le petit homme lorgna le jeune, le poussant ensuite du bout de l'index sur son torse avant de sortir de l'atelier avec ses deux chiens de garde, une occasion pour le vieillard d'atteindre son apprenti, l'observant d'un air suppliant avant de le questionner :
« -Tu ne vas pas faire ce que je pense ?
-Je n'ai pas le choix.
-Nous en avons déjà parler ! Nos tests ont tous échouer !
-Nous apprenons de nos échecs, maître.
-Si tu échoues, tu n'en reviendras pas, un mort n'apprend rien.
-Si j'échoue, c'est que j'étais un mauvais élève. Il est temps de vous surpasser, maître. »
Sur ces mots, le jeune apprenti plaqua sa main contre les orifices respiratoires du vieil homme, qui au bout de quelques instants s'évanouit dans les bras de Pride, qui, laborieusement, le coucha sur une table avant de sortir, se dirigeant vers son destin.

*****************************************************************************************************


Au milieu d'un terrain d'entrainement de la cité pourpre, au-delà de la citadelle, tous attendaient la venue des futurs diplômés, les archimages, quelques ambassadeurs des nations humaines, elfiques, naines et gnomes, mais surtout le jury qui perdait déjà patience. Le jeune alchimiste arriva, et tous les yeux se braquaient sur lui, des yeux réprobateurs vis-à-vis du retardataire.
"Bien, nous allons pouvoir commencer."
C'était un vieil homme grisonnant en robe pourpre qui s'exprimait, citant un à un les noms des mages en devenir, qui, chacun, faisait leurs preuves, hélas, le verdict tombait immédiatement, et pas le tiers ne reçu le diplôme tant convoité. Puis se fût au tour de Pride qui amorça le pas jusqu'au centre du terrain, toisant l'ancêtre comme un être dépassé, une race primitive au bord de l'extinction.
"-Alors, comment comptes-tu passer l'épreuve?
-En un combat singulier, contre un archimage."
Le vieil homme s'esclaffa, refusant d'un geste de tête, néanmoins, il fit appel à un mage de bataille qui observait les épreuves, silencieux depuis le début, tout vêtu d'une armure rouge imposante, portant runes et glyphes à tous les niveaux. Son visage était inconnu, caché derrière un heaume et un sceau de clairvoyance, flottant devant son front. L'étudiant le toisa un instant avant d'hocher la tête, et le combat commença, les deux adversaire s'approchaient du centre de ce qui devint leur arène, se serrant la main avant de se mettre dos à dos et s'écarter de dix pas. Etrangement, toute l'assemblée s'éloignait elle aussi, habituée des dégâts collatéraux dus à la magie.
C'est le moment...
Les deux se retournèrent, et les hostilités commencèrent, à peine Pride eu son adversaire dans le coin de sa vision qu'une marée pyrotechnique submergeaient le terrain, à peine eu-t-il le temps de se décomposer et se recomposer quelques mètres plus loin, répétant l'opération à chaque nouvelle tentative du pyromant qui perdait en patience. L'arène devint rapidement un terrain désolé, le marbre blanc laissait place à de la pierre cramoisie, à des éclats de roches en fusion.. Des centaines de pièces d'or de réparation, et cela grimpait un peu plus chaque secondes. Jusqu'à ce qu'une manœuvre fût trop prévisible... Une cage de flamme emprisonna l'étudiant, trop déphasé pour se téléporter de nouveau, il leva les yeux vers les cieux qui s'assombrissaient tandis qu'un météore approchait à vive allure.. Il ferma les yeux.
Le moment de vérité
"ASSEZ" hurla l'examinateur qui n'eu le temps que de protéger le public d'un bouclier arcanique. L'arène était ensevelie sous un nuage de fumée, de flammes et de décombres. Le temps semblait s'arrêter, ou tout du moins se ralentir, jusqu'à ce que le brouillard de guerre retomba.
Seul au milieu de l'arène, une silhouette intacte mais noire comme le charbon, fumante, immobile, la foule exprima un gémissement commun de dégout et de surprise, tous étaient sous le choc, mais encore plus lorsque cette silhouette décharnée, déshabillé, et inhumaine, se relevait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Pride Tucker : Chronique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma chronique #5 sur le vin dans le magazine le Denturo
» [Fan-fiction] Chronique des ombres
» Chronique Politique - Le Flamand Rose par LouisHubert
» Intermonde Daily : Chronique du néant.
» [BD] La Chronique des Immortels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rétribution :: Le campement :: Le feu de camp :: Histoires-
Sauter vers: