Rétribution

La rédemption ou la mort!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rumeurs de la compagnie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16
AuteurMessage
Assast
Capitaine
avatar

Messages : 1882
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Dim 18 Juin - 17:10

Les hautes-terres du crépuscule sont de ces endroits magnifiques, entre deux-mondes qui vous pétrifient par leur beauté autant que par le mal se tapit sous des dehors avenants.
Pourtant, depuis le cataclysme, la nature reprend doucement ses droits, lentement. La faune repeuple les immenses forêts et les voyageurs se font plus nombreux à suivre les routes sinueuses qui serpentent entre les pins et les torrents.
"Jusqu'à la prochaine fois" Pensa t-il en remuant machinalement entre ses doigts une poignée de graviers fraîchement ramassés.
Le tribut payé par ses hommes avait été terrible, mais ils avaient réussi, vaincu la menace que représentait l'abîme. Des héros parmi les mercenaires, voilà qui pouvait donner à réfléchir sur le sens exact de ce terme bien trop utilisé à son goût.
Mais un doute le tenaillait pourtant depuis le retour victorieux de la troupe.
Ces prophéties, ces épreuves. Quels sens avaient-elles ? Pourquoi attirer des guerriers féroces dans les entrailles de la terre pour les laisser repartir ?
Il songeait qu'ils pourraient être les hérauts malgré eux de l'arrivée d'un mal plus sombre que celui qui planait aujourd'hui sur Azeroth.
Quand le mal déferlait, il était plus difficile de sentir le cancer pernicieux qui gangrenait votre corps.
Secouant la tête il lâcha les graviers sur le sol pour se retourner vers le campement où flambaient les brasiers funéraires.
"Lumière, fais qu'ils ne soient pas morts en vain. Je t'en supplie"
D'un pas lourd il s'avança vers les quelques dizaines d'hommes et de femmes qui se tenaient autour du bûcher.
Son discours fut bref. Un mot pour chacun, mais pas un de trop. La dignité prévaut.
Marshow, Fauche-Soleil, Barbe-en-fer, Ingalls, Rosengart, Duracier, Daenth, Lewis.
En égrenant les noms, il s'aperçut avec tristesse qu'il n'en connaissait presque aucun.
Ces gens étaient les siens. Sa famille, ses enfants, ses guerriers. Devant le brasier il se fit une promesse à lui-même, alors que le concert des devises et des lames tirées emplissait l'air.
Il était temps de retrouver le sens premier de sa devise.
"La rédemption, ou la mort"
Il serait prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://retribution.forum-pro.fr
Kinkan
Mercenaire
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 12/03/2012

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Dim 18 Juin - 18:12

Le pandaren aura passé la semaine à brasser de la bière tranquillement installé au camp. Lors du retour des mercenaires partis explorer les abimes c'est à peine si il aura un regard pour eux, beaucoup trop occupé à se saouler la gueule en brassant son divin breuvage.

À la vue des têtes traumatisées de ses camarades il n'aura qu'une seule pensée.

*Hmmm, vu leurs têtes et vu ceux qui manquent je devine que la fameuse "lumière" ne leurs a pas sourit.*

Le moine aura quand même un peu de peine pour les morts lors du bilan, Skaalf était un allié de poids en première ligne, sans oublier les pauvres Ingals et Duracier qui étaient de fiers représentants de la compagnie que le pandaren appréciait.

Après avoir rangé les tonneaux de bières brassées pendant la semaine il pria le serpent de jade pour le salut de l'âme des défunts.


Dernière édition par Kinkan le Dim 18 Juin - 19:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldared
Adjudant
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 10/02/2012

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Dim 18 Juin - 18:43

Augustus était encore cloué au lit sur ordre du médecin en chef quelques jours après le retour de l'abîme des Dieux Très Anciens. Son corps meurtri et brûlé, son état de fatigue mentale donnaient une bien piètre image du brave maître d'armes. Gémissant pendant ses cauchemars et se réveillant en sursaut, l'homme faisait presque pitié à voir.

Il repensait à toutes les horreurs que l'abîme lui avait montré, d'abord le moindre mal qu'est la mort, tous ceux qui avaient sombré et dont il peinait à revoir les visages en pensée, puis la folie galopante qui s'était insinuée dans le cœur de ses camarades et qui les avait affaiblis de jour en jour - Leinart n'avait sur son lit de convalescence plus aucune notion du temps, perdue dans le labyrinthe d'ombre - mais surtout il se souvenait en tressaillant de l'horreur de la trahison qu'il avait vécue sur le pont suspendu au dessus des âmes en furie. Dans sa confusion jaillissait clair comme de l'eau de roche cet instant où Lewis avait été prêt à pousser un compagnon dans le vide, agissant en traître alors même que tout était déjà si chaotique.

Leinart avait entrevu la noirceur qui réside en certains hommes, convaincu pourtant qu'elle n'existait que chez les races les plus infâmes. L'abîme avait avalé et recraché le maître d'armes, effaçant un peu sa loyauté sans faille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Prescott
Sergent
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 18/11/2016
Age : 30

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Lun 19 Juin - 0:25

Olivia n'avait pas quitté le navire depuis les Hautes terres jusqu'à leur arrivée à Hurlevent. Celle qui aurait été la première a sauter sur la terre ferme après un tel voyage en mer était restée cloîtrée dans sa cabine, évitant avec soin tout contact qui n'était pas nécessaire a son rôle. Marvin lui même s'était finalement retrouvé séparé de son fidèle binôme.
Le cercueil flottant, comme elle aimait l'appeler, s'était tout bêtement transformé en un cocon protecteur, l'isolant du reste du monde et des peurs qui la hantait encore jour et nuit, tandis que ses nombreuses réflexions avaient pris le dessus sur le sommeil qu'elle tentait pourtant de s'imposer.

Les pertes avaient été considérables, et les visions qui l'avaient éreintée au cœur de l'enfer où elle avait choisi de pénétrer persistaient, martelant vicieusement son esprit à chaque fois qu'elle se permettait de l'oublier.
Si celle que l'on nomme Chance avait encore mérité son titre une fois de plus, le prix d'une telle insolence avait été lourd à payer. Rajoutée aux nombreux morts et disparus, la foi en la Lumière déjà bien effritée de Prescott, réduite à l'état de néant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Der Kelton
Mercenaire
avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 19

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Lun 19 Juin - 1:32

Cette nuit là, alors que le clair de Lune se reflétait sur le océan calmé par les beaux jours, une silhouette en lourde armure s'annonça au navire. L'homme déclina son identité - un certain Hans Der Kelton - et demanda à parler au Capitaine du navire, qu'on lui dit absent ou occupé, à cet instant précis. Insistant, l'homme n'aura pas manqué de laisser entendre qu'il reviendrait sans aucun doute jour après jour, jusqu'à ce que le Capitaine puisse le recevoir. Il aura même été jusqu'à laisser entendre que cela concernait les fameux Lozatski, dont le nom n'a semble-t-il pas fini de hanter la Rétribution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reese Korten
Mercenaire
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 08/05/2017
Age : 24
Localisation : Azeroth

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Lun 19 Juin - 2:40

Traumatisée, terrorisée, apeurée, perdue. Les voix était encore dans ses oreilles. Elle souffrait d'un point de vu psychologique bien plus que physique. Le voyage jusqu'à Hurlevent aura été une épreuve pour elle, le bruit des clapotis d'eau sur la coque du navire lui rappelait déjà des mauvais souvenirs dans ce donjon de l'angoisse.

Ses cauchemars n'avaient pas disparu, pas encore, elle tournait et virait dans sa couche pendant les phases de repos, elle parlait à personne, elle s'isolait simplement du monde. La peur était ambiante, le moindre bruit la faisait sursauter. Son corps était faible, ses yeux cernés, elle semblait faire un déguisement de réprouvée plus qu'autre chose.

Le navire avait enfin fait halte au port d'Hurlevent, Seryse se sera dirigée vers la cabine du Capitaine, lui expliquant son ressenti, son angoisse mais aussi son envie de partir là où elle était le mieux, là où elle aurait du rester; sur l'île vagabonde. Après l'entrevu, elle aura fait en sorte de faire ses bagages, rendant le tabard et tout le matériel médical fournis qu'elle avait sur elle.

Avant son départ elle se sera approché d'Ylanah pour la remercier de ce qu'elle avait fait dans le donjon, mais surtout lui laisser une partie de la prime, en soit les dix marques noires. La prêtresse pourra ainsi faire le stock de potions ou autre pour la suite de ses aventures. Elle essaya aussi de trouver la quel'dorei, Vaelys, elle ne pu s'empêcher de la remercier également et de l'avoir aidé dans le donjon. Si elle était encore en vie actuellement c'était bien à cause d'elle. Elle lui donna donc une bourse richement remplie de toutes ses économies, en soit vingt et une pièce d'or. Elle avait un profond doute sur l'utilité du geste, mais elle aura bien plus besoin de l'or que de la moniale sur son île.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldared
Adjudant
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 10/02/2012

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Mar 20 Juin - 0:53

L’œil inquisiteur de la compagnie, pilier et gardien de la porte de la Rétribution, détenteur de la morale et du sens de l'honneur, aussi rigide que froid face à ceux qui se présentent devant lui, Hector avait passé une soirée plus riche que d'habitude. D'ordinaire il faisait des tours en ville pour aborder de potentielles recrues repérées par son œil de lynx, mais ce soir il avait croisé le chemin d'anciennes recrues, maintenant mercenaires et après quelques émotions il avait fini par retrouver son lit douillet en se disant que la prochaine fois, il se contenterait de faire son travail et rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carradine
Recrue
avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 18/06/2017

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Mar 20 Juin - 18:18

Quelques heures avant l’entretien fatidique…


Le Borgne dormait d'un sommeil de plomb, épuré de tout tracas, angoisse ou regret. Il dormait comme un bébé. L'alcool fort et son inépuisable nonchalance étant les garants de cet esprit insouciant.
Les yeux encore mi-clos, il sentit un picotement agréable sur son visage. Effectivement, les persiennes couvrant la baie vitrée de la modeste chambrée laissaient filtrer un maigre faisceau lumineux. Cette chaleur venait caresser, de façon bienvenue, le menton barbu du baroudeur.

Cet instant de félicité triviale s'interrompit lorsqu'un tintamarre de jurons, d'imprécations menaçantes et de couinements hystériques, parvint à ses oreilles. Il y avait du grabuge, en bas. Un timbre était grave, une voix de stentor tendue par la colère. L'autre était plus aigüe, contrite et pleine de sanglots.
Le mari cocu rentré plus tôt que prévu... Un classique !

Gero quitta lestement la couche encore moite. Du moins, il essaya. Sa vision était encore embrumée et sa démarche dangereusement titubante.
Manquant de trébucher contre un pied du lit, il se rattrapa de peine sur une commode, de laquelle chuta un vase qui se brisa à même le sol. Depuis tout petit, il avait toujours eu le don pour casser les choses. Mais ce n’était pas le moment de se perdre dans des réminiscences du passé. Les bruitages du rez-de-chaussée s'amplifièrent, et ce n'était pas une coïncidence.

Il se gifla violemment pour se remettre les idées en place. Aujourd'hui n'était pas un bon jour pour se fourrer dans les ennuis. Non, vraiment pas. Il était rare que son sens des responsabilités vienne troubler son éternelle indolence, mais il savait faire des exceptions. Ses paupières lourdes clignotèrent avec frénésie alors qu'il scrutait son environnement. Un sourire finit par naître sur son beau visage hâlé. Il avait heureusement eut la présence d'esprit de laisser ses effets rassemblés à un même endroit, sur une chaise dans un coin de la pièce. Vif malgré la gueule de bois, il débarrassa la chaise des vêtements et l'utilisa pour bloquer temporairement la porte. Puis il enfila péniblement son froc, sa chemise et ses bottes. Il évoluait avec une hâte discutable. Même dans l'urgence, il restait désinvolte.
Au moment où il fermait la boucle de son ceinturon, duquel pendait une rapière longue et étincelante, des tambourinements furieux se firent entendre. Il entendit quelques bribes d’accusations et quelques promesses de mort lente et douloureuse s’il n’ouvrait pas immédiatement la porte. Gero Carradine répondit par un gloussement goguenard, attrapa son harnois et se dirigea vers la fenêtre. Après avoir écarté les rideaux, il entrebâilla cette dernière et jeta un œil en contrebas. Il vit un labyrinthe de toitures pentues, presque branlantes, et de gouttières en saillies.

C’est avec précaution qu’il fit ses premiers pas, en équilibriste indécis, avant d’être forcé de presser l’allure lorsqu'un bruit sourd résonna derrière lui. Sans doute la porte dont les gonds venaient de sauter. Il avait réussi à se faufiler derrière un toit surplombant celui de la maison qu’il venait de quitter. Se croyant tiré d’affaire, il poursuivit presque gaiement cette promenade aérienne.
Et là, patatra. Les réflexes encore engourdis par la boisson, son orteil heurta une tuile de traviole.
Il chuta longuement, dévalant les sommets de brique bleue en faisant des roulés-boulés. Mais l’important n’est pas la chute, c’est l’atterrissage. En véritable cul-béni, le Borgne atterrit à l’arrière d’une carriole de négociants qui passait dans une rue presque déserte du Quartier Commerçant, pile à ce moment-là. Lorsqu’il ouvrit les yeux, pour la deuxième fois en cette courte matinée, il grimaça. Puis il fut pris par une improbable mais furieuse envie de s’esclaffer, malgré la douleur lancinante qui tenaillait son dos et ses bras fortement ecchymosés. Après tout, il aurait pu s’en tirer à moins bon compte. Il avait sauvé les meubles, comme qui dirait. La bouteille était toujours à moitié pleine, avec lui. Jusqu’à ce qu’il s’enquille le reste, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Reese Korten
Mercenaire
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 08/05/2017
Age : 24
Localisation : Azeroth

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Mer 21 Juin - 14:35

L'homme de foi avait pour habitude de déambuler tard dans la nuit. Ses pas guidés par la lumière des lampadaires le menaient à un chemin aléatoire de la ville. Son regard perçant s'occupait de balayer les environnements pour prendre les petits détails souvent insignifiants en vue.  Il passa dans une ruelle, l'odeur n'était pas attirante, ça piquait le nez plus qu'autre chose, sûrement l'urine de soulard qui avait fait quatre pas en direction de cette ruelle obscure pour vider le trop plein.

Il s'arrêta net dans sa progression quand il aperçu cet ivrogne devant lui, plus loin, le dos tourner alors qu'il était en train de malmener une femme de ses mains grossières. Il cherchait a lui ôter ses vêtements du moins si on pouvait parler de vêtement. Elle portait uniquement des guenilles. Une clocharde dont la maigreur de son corps ferait pâlir une planche en bois. Elle se debatait comme elle pouvait alors que lui savait très bien ce qu'il voulait.

Reese resta neutre à tout cela, et si ce n'était qu'une femme de joie payé pour la comédie et la stimulation de l'homme ? Enfin elle avait l'air trop naturel pour jouer la comédie. Il s'approcha finalement, récupérant une planche en bois sur le trajet et frappa d'un coup sec à l'arrière de son crâne pour l'assommer. L'homme qui était vif dans ses gestes malgré l'alcool s'effondra sur le sol en emportant avec elle la pauvre petite blonde.

Il passa à côté de l'homme qui faisait un somme forcé pour aider la jeune fille à se relever. Elle était tétanisée, elle refusa l'aide pour se mettre en boule plus loin. Alors qu'elle était à deux doigts de la panique, il finit par se mettre à son niveau et lui posa la main sur le front, son petit chapelet s'illumina légèrement et la pauvre petite fille s'endormit de force. Il la récupéra dans ses bras comme une jeune princesse pour la conduire à une auberge. Il demanda une chambre, des vêtements propres et de quoi se laver.

Il la laissa finalement dormir dans un vrai lit, elle aura la joie demain de profiter du bain et des vêtements propres. L'aubergiste viendra lui expliquer comme convenu. Quant à lui il reprit la direction du Brise-Voile pour dormir un peu et surtout s'occuper de peller des pommes de terres pour le repas de midi.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rumeurs de la compagnie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 16 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16
 Sujets similaires
-
» Rumeurs NBA
» [RAID] La Compagnie KOUBAK ®
» Rumeurs : morts inexpliquées dans les royaumes humains.
» Les rumeurs + ou - certaines de Mars 2010
» Nouveaux Comtes Vampires, compil des rumeurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rétribution :: Le campement :: Le feu de camp-
Sauter vers: