Rétribution

Guilde RP sur Kirin Tor - World of Warcraft
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rumeurs de la compagnie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17, 18  Suivant
AuteurMessage
Assast
Capitaine
avatar

Messages : 1904
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Dim 18 Juin - 17:10

Les hautes-terres du crépuscule sont de ces endroits magnifiques, entre deux-mondes qui vous pétrifient par leur beauté autant que par le mal se tapit sous des dehors avenants.
Pourtant, depuis le cataclysme, la nature reprend doucement ses droits, lentement. La faune repeuple les immenses forêts et les voyageurs se font plus nombreux à suivre les routes sinueuses qui serpentent entre les pins et les torrents.
"Jusqu'à la prochaine fois" Pensa t-il en remuant machinalement entre ses doigts une poignée de graviers fraîchement ramassés.
Le tribut payé par ses hommes avait été terrible, mais ils avaient réussi, vaincu la menace que représentait l'abîme. Des héros parmi les mercenaires, voilà qui pouvait donner à réfléchir sur le sens exact de ce terme bien trop utilisé à son goût.
Mais un doute le tenaillait pourtant depuis le retour victorieux de la troupe.
Ces prophéties, ces épreuves. Quels sens avaient-elles ? Pourquoi attirer des guerriers féroces dans les entrailles de la terre pour les laisser repartir ?
Il songeait qu'ils pourraient être les hérauts malgré eux de l'arrivée d'un mal plus sombre que celui qui planait aujourd'hui sur Azeroth.
Quand le mal déferlait, il était plus difficile de sentir le cancer pernicieux qui gangrenait votre corps.
Secouant la tête il lâcha les graviers sur le sol pour se retourner vers le campement où flambaient les brasiers funéraires.
"Lumière, fais qu'ils ne soient pas morts en vain. Je t'en supplie"
D'un pas lourd il s'avança vers les quelques dizaines d'hommes et de femmes qui se tenaient autour du bûcher.
Son discours fut bref. Un mot pour chacun, mais pas un de trop. La dignité prévaut.
Marshow, Fauche-Soleil, Barbe-en-fer, Ingalls, Rosengart, Duracier, Daenth, Lewis.
En égrenant les noms, il s'aperçut avec tristesse qu'il n'en connaissait presque aucun.
Ces gens étaient les siens. Sa famille, ses enfants, ses guerriers. Devant le brasier il se fit une promesse à lui-même, alors que le concert des devises et des lames tirées emplissait l'air.
Il était temps de retrouver le sens premier de sa devise.
"La rédemption, ou la mort"
Il serait prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://retribution.forum-pro.fr
Kinkan/Eliott
Mercenaire
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 12/03/2012

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Dim 18 Juin - 18:12

Le pandaren aura passé la semaine à brasser de la bière tranquillement installé au camp. Lors du retour des mercenaires partis explorer les abimes c'est à peine si il aura un regard pour eux, beaucoup trop occupé à se saouler la gueule en brassant son divin breuvage.

À la vue des têtes traumatisées de ses camarades il n'aura qu'une seule pensée.

*Hmmm, vu leurs têtes et vu ceux qui manquent je devine que la fameuse "lumière" ne leurs a pas sourit.*

Le moine aura quand même un peu de peine pour les morts lors du bilan, Skaalf était un allié de poids en première ligne, sans oublier les pauvres Ingals et Duracier qui étaient de fiers représentants de la compagnie que le pandaren appréciait.

Après avoir rangé les tonneaux de bières brassées pendant la semaine il pria le serpent de jade pour le salut de l'âme des défunts.


Dernière édition par Kinkan le Dim 18 Juin - 19:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldared
Adjudant
avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 10/02/2012

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Dim 18 Juin - 18:43

Augustus était encore cloué au lit sur ordre du médecin en chef quelques jours après le retour de l'abîme des Dieux Très Anciens. Son corps meurtri et brûlé, son état de fatigue mentale donnaient une bien piètre image du brave maître d'armes. Gémissant pendant ses cauchemars et se réveillant en sursaut, l'homme faisait presque pitié à voir.

Il repensait à toutes les horreurs que l'abîme lui avait montré, d'abord le moindre mal qu'est la mort, tous ceux qui avaient sombré et dont il peinait à revoir les visages en pensée, puis la folie galopante qui s'était insinuée dans le cœur de ses camarades et qui les avait affaiblis de jour en jour - Leinart n'avait sur son lit de convalescence plus aucune notion du temps, perdue dans le labyrinthe d'ombre - mais surtout il se souvenait en tressaillant de l'horreur de la trahison qu'il avait vécue sur le pont suspendu au dessus des âmes en furie. Dans sa confusion jaillissait clair comme de l'eau de roche cet instant où Lewis avait été prêt à pousser un compagnon dans le vide, agissant en traître alors même que tout était déjà si chaotique.

Leinart avait entrevu la noirceur qui réside en certains hommes, convaincu pourtant qu'elle n'existait que chez les races les plus infâmes. L'abîme avait avalé et recraché le maître d'armes, effaçant un peu sa loyauté sans faille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Prescott
Vétéran
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 18/11/2016
Age : 30

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Lun 19 Juin - 0:25

Olivia n'avait pas quitté le navire depuis les Hautes terres jusqu'à leur arrivée à Hurlevent. Celle qui aurait été la première a sauter sur la terre ferme après un tel voyage en mer était restée cloîtrée dans sa cabine, évitant avec soin tout contact qui n'était pas nécessaire a son rôle. Marvin lui même s'était finalement retrouvé séparé de son fidèle binôme.
Le cercueil flottant, comme elle aimait l'appeler, s'était tout bêtement transformé en un cocon protecteur, l'isolant du reste du monde et des peurs qui la hantait encore jour et nuit, tandis que ses nombreuses réflexions avaient pris le dessus sur le sommeil qu'elle tentait pourtant de s'imposer.

Les pertes avaient été considérables, et les visions qui l'avaient éreintée au cœur de l'enfer où elle avait choisi de pénétrer persistaient, martelant vicieusement son esprit à chaque fois qu'elle se permettait de l'oublier.
Si celle que l'on nomme Chance avait encore mérité son titre une fois de plus, le prix d'une telle insolence avait été lourd à payer. Rajoutée aux nombreux morts et disparus, la foi en la Lumière déjà bien effritée de Prescott, réduite à l'état de néant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Der Kelton
Mercenaire
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 19

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Lun 19 Juin - 1:32

Cette nuit là, alors que le clair de Lune se reflétait sur le océan calmé par les beaux jours, une silhouette en lourde armure s'annonça au navire. L'homme déclina son identité - un certain Hans Der Kelton - et demanda à parler au Capitaine du navire, qu'on lui dit absent ou occupé, à cet instant précis. Insistant, l'homme n'aura pas manqué de laisser entendre qu'il reviendrait sans aucun doute jour après jour, jusqu'à ce que le Capitaine puisse le recevoir. Il aura même été jusqu'à laisser entendre que cela concernait les fameux Lozatski, dont le nom n'a semble-t-il pas fini de hanter la Rétribution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reese
Anonyme
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 08/05/2017
Age : 24
Localisation : Azeroth

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Lun 19 Juin - 2:40

Traumatisée, terrorisée, apeurée, perdue. Les voix était encore dans ses oreilles. Elle souffrait d'un point de vu psychologique bien plus que physique. Le voyage jusqu'à Hurlevent aura été une épreuve pour elle, le bruit des clapotis d'eau sur la coque du navire lui rappelait déjà des mauvais souvenirs dans ce donjon de l'angoisse.

Ses cauchemars n'avaient pas disparu, pas encore, elle tournait et virait dans sa couche pendant les phases de repos, elle parlait à personne, elle s'isolait simplement du monde. La peur était ambiante, le moindre bruit la faisait sursauter. Son corps était faible, ses yeux cernés, elle semblait faire un déguisement de réprouvée plus qu'autre chose.

Le navire avait enfin fait halte au port d'Hurlevent, Seryse se sera dirigée vers la cabine du Capitaine, lui expliquant son ressenti, son angoisse mais aussi son envie de partir là où elle était le mieux, là où elle aurait du rester; sur l'île vagabonde. Après l'entrevu, elle aura fait en sorte de faire ses bagages, rendant le tabard et tout le matériel médical fournis qu'elle avait sur elle.

Avant son départ elle se sera approché d'Ylanah pour la remercier de ce qu'elle avait fait dans le donjon, mais surtout lui laisser une partie de la prime, en soit les dix marques noires. La prêtresse pourra ainsi faire le stock de potions ou autre pour la suite de ses aventures. Elle essaya aussi de trouver la quel'dorei, Vaelys, elle ne pu s'empêcher de la remercier également et de l'avoir aidé dans le donjon. Si elle était encore en vie actuellement c'était bien à cause d'elle. Elle lui donna donc une bourse richement remplie de toutes ses économies, en soit vingt et une pièce d'or. Elle avait un profond doute sur l'utilité du geste, mais elle aura bien plus besoin de l'or que de la moniale sur son île.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldared
Adjudant
avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 10/02/2012

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Mar 20 Juin - 0:53

L’œil inquisiteur de la compagnie, pilier et gardien de la porte de la Rétribution, détenteur de la morale et du sens de l'honneur, aussi rigide que froid face à ceux qui se présentent devant lui, Hector avait passé une soirée plus riche que d'habitude. D'ordinaire il faisait des tours en ville pour aborder de potentielles recrues repérées par son œil de lynx, mais ce soir il avait croisé le chemin d'anciennes recrues, maintenant mercenaires et après quelques émotions il avait fini par retrouver son lit douillet en se disant que la prochaine fois, il se contenterait de faire son travail et rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regdar Andhun
Recrue
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/06/2017

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Mar 20 Juin - 18:18

Quelques heures avant l’entretien fatidique…


Le Borgne dormait d'un sommeil de plomb, épuré de tout tracas, angoisse ou regret. Il dormait comme un bébé. L'alcool fort et son inépuisable nonchalance étant les garants de cet esprit insouciant.
Les yeux encore mi-clos, il sentit un picotement agréable sur son visage. Effectivement, les persiennes couvrant la baie vitrée de la modeste chambrée laissaient filtrer un maigre faisceau lumineux. Cette chaleur venait caresser, de façon bienvenue, le menton barbu du baroudeur.

Cet instant de félicité triviale s'interrompit lorsqu'un tintamarre de jurons, d'imprécations menaçantes et de couinements hystériques, parvint à ses oreilles. Il y avait du grabuge, en bas. Un timbre était grave, une voix de stentor tendue par la colère. L'autre était plus aigüe, contrite et pleine de sanglots.
Le mari cocu rentré plus tôt que prévu... Un classique !

Gero quitta lestement la couche encore moite. Du moins, il essaya. Sa vision était encore embrumée et sa démarche dangereusement titubante.
Manquant de trébucher contre un pied du lit, il se rattrapa de peine sur une commode, de laquelle chuta un vase qui se brisa à même le sol. Depuis tout petit, il avait toujours eu le don pour casser les choses. Mais ce n’était pas le moment de se perdre dans des réminiscences du passé. Les bruitages du rez-de-chaussée s'amplifièrent, et ce n'était pas une coïncidence.

Il se gifla violemment pour se remettre les idées en place. Aujourd'hui n'était pas un bon jour pour se fourrer dans les ennuis. Non, vraiment pas. Il était rare que son sens des responsabilités vienne troubler son éternelle indolence, mais il savait faire des exceptions. Ses paupières lourdes clignotèrent avec frénésie alors qu'il scrutait son environnement. Un sourire finit par naître sur son beau visage hâlé. Il avait heureusement eut la présence d'esprit de laisser ses effets rassemblés à un même endroit, sur une chaise dans un coin de la pièce. Vif malgré la gueule de bois, il débarrassa la chaise des vêtements et l'utilisa pour bloquer temporairement la porte. Puis il enfila péniblement son froc, sa chemise et ses bottes. Il évoluait avec une hâte discutable. Même dans l'urgence, il restait désinvolte.
Au moment où il fermait la boucle de son ceinturon, duquel pendait une rapière longue et étincelante, des tambourinements furieux se firent entendre. Il entendit quelques bribes d’accusations et quelques promesses de mort lente et douloureuse s’il n’ouvrait pas immédiatement la porte. Gero Carradine répondit par un gloussement goguenard, attrapa son harnois et se dirigea vers la fenêtre. Après avoir écarté les rideaux, il entrebâilla cette dernière et jeta un œil en contrebas. Il vit un labyrinthe de toitures pentues, presque branlantes, et de gouttières en saillies.

C’est avec précaution qu’il fit ses premiers pas, en équilibriste indécis, avant d’être forcé de presser l’allure lorsqu'un bruit sourd résonna derrière lui. Sans doute la porte dont les gonds venaient de sauter. Il avait réussi à se faufiler derrière un toit surplombant celui de la maison qu’il venait de quitter. Se croyant tiré d’affaire, il poursuivit presque gaiement cette promenade aérienne.
Et là, patatra. Les réflexes encore engourdis par la boisson, son orteil heurta une tuile de traviole.
Il chuta longuement, dévalant les sommets de brique bleue en faisant des roulés-boulés. Mais l’important n’est pas la chute, c’est l’atterrissage. En véritable cul-béni, le Borgne atterrit à l’arrière d’une carriole de négociants qui passait dans une rue presque déserte du Quartier Commerçant, pile à ce moment-là. Lorsqu’il ouvrit les yeux, pour la deuxième fois en cette courte matinée, il grimaça. Puis il fut pris par une improbable mais furieuse envie de s’esclaffer, malgré la douleur lancinante qui tenaillait son dos et ses bras fortement ecchymosés. Après tout, il aurait pu s’en tirer à moins bon compte. Il avait sauvé les meubles, comme qui dirait. La bouteille était toujours à moitié pleine, avec lui. Jusqu’à ce qu’il s’enquille le reste, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reese
Anonyme
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 08/05/2017
Age : 24
Localisation : Azeroth

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Mer 21 Juin - 14:35

L'homme de foi avait pour habitude de déambuler tard dans la nuit. Ses pas guidés par la lumière des lampadaires le menaient à un chemin aléatoire de la ville. Son regard perçant s'occupait de balayer les environnements pour prendre les petits détails souvent insignifiants en vue.  Il passa dans une ruelle, l'odeur n'était pas attirante, ça piquait le nez plus qu'autre chose, sûrement l'urine de soulard qui avait fait quatre pas en direction de cette ruelle obscure pour vider le trop plein.

Il s'arrêta net dans sa progression quand il aperçu cet ivrogne devant lui, plus loin, le dos tourner alors qu'il était en train de malmener une femme de ses mains grossières. Il cherchait a lui ôter ses vêtements du moins si on pouvait parler de vêtement. Elle portait uniquement des guenilles. Une clocharde dont la maigreur de son corps ferait pâlir une planche en bois. Elle se debatait comme elle pouvait alors que lui savait très bien ce qu'il voulait.

Reese resta neutre à tout cela, et si ce n'était qu'une femme de joie payé pour la comédie et la stimulation de l'homme ? Enfin elle avait l'air trop naturel pour jouer la comédie. Il s'approcha finalement, récupérant une planche en bois sur le trajet et frappa d'un coup sec à l'arrière de son crâne pour l'assommer. L'homme qui était vif dans ses gestes malgré l'alcool s'effondra sur le sol en emportant avec elle la pauvre petite blonde.

Il passa à côté de l'homme qui faisait un somme forcé pour aider la jeune fille à se relever. Elle était tétanisée, elle refusa l'aide pour se mettre en boule plus loin. Alors qu'elle était à deux doigts de la panique, il finit par se mettre à son niveau et lui posa la main sur le front, son petit chapelet s'illumina légèrement et la pauvre petite fille s'endormit de force. Il la récupéra dans ses bras comme une jeune princesse pour la conduire à une auberge. Il demanda une chambre, des vêtements propres et de quoi se laver.

Il la laissa finalement dormir dans un vrai lit, elle aura la joie demain de profiter du bain et des vêtements propres. L'aubergiste viendra lui expliquer comme convenu. Quant à lui il reprit la direction du Brise-Voile pour dormir un peu et surtout s'occuper de peller des pommes de terres pour le repas de midi.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Findol
Lieutenant
avatar

Messages : 541
Date d'inscription : 24/08/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Ven 30 Juin - 13:04

Le Brise-voile a levé l'ancre dans la journée et se veut à présent porté par les flots tumultueux de la Grande Mer, traçant une ligne grise en direction de Lor'danel. La traversée promet d'être longue, fastidieuse, et les quelques sous-officiers qui n'auraient pas eu à décuver sous le regard inquisiteur de l'Adjudant, auront été chargés de superviser les différents services humains.
Parmi les plus gueulards, certains des mercenaires se seront vite retrouvés à récurer le pont, d'autres à assister les matelots bourrus sous la gouvernance de ce bon Elias Dagerno.

Dans le cadre de cette nouvelle campagne, deux individus s'étaient mêlés à la masse des mercenaires, simplement installés dans la cale pour y trouver un semblant de quiétude, quoique le ressac se fût d'autant plus fort que la grande Hurlevent quittait l'horizon au profit des récifs vertigineux.
Une première kaldorei en robe mauve serait, aux dires des officiers, une cliente de la compagnie, et sûrement l'instigatrice du voyage. Cette dernière aura passé l'intégralité du voyage à prier dans sa cabine, espérant être entendue par une certaine déité, le tout assistée par un jeune compatriote. Le bougre serait quant à lui né après la troisième guerre malgré une taille déjà respectable, et n'aurait aucun lien de parenté avec la supposée prêtresse.




[HRP : Histoire de ne pas perdre trop de temps avec des events transitoires, le trajet se fera en ellipse et nous débarquerons en Sombrivage dès ce soir. Cela étant, il vous est toujours possible de phaser le rp bateau à Vash'jir en attendant. En tout cas nous ne sommes plus à Hurlevent]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taomu/Farfelin
Allié/Client
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 02/11/2016

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Ven 30 Juin - 15:19

Il y était parvenu, sans trop de mal. Le lieutenant recruteur avait gobé son baratin sur la beauté de mourir l'arme à la main et le sentiment précieux d'appartenir à la grande famille du mercenariat. Il y avait peut être un fond de vérité, mais il n'en avait fallu pas moins pour convaincre l'elfe. Ces types n'avaient rien de l'équipage de la Belle Veuve mais ils ne lui déplaisaient pas. Taomu n'était pas difficile, pour peu qu'on évitait de lui chercher des noises.

Sur le navire, il se faisait discret. Il passait son temps à récurer le pont en silence, ou à aider à la pêche, et lorsqu'il n'assistait pas les matelots bourrus, il roupillait dans un coin, adossé à une caisse ou des sacs de provisions. Il prenait rarement la parole et se soumettait sans rechigner aux tâches ingrates, un train-train-train quotidien relativement calme qu'il égayait avec du saucisson, de la viande séchée ou des restes de poissons.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hudson Huxley
Mercenaire
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 27/06/2017

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Ven 30 Juin - 15:53

Hudson était une grande gueule. Le genre de type qu'on qualifiait bien souvent de lourdingue, d'idiot un peu dérangé, de baratineur. Il n'en était pas gêné, et avait une forte tendance à l'assumer, même. C'était là l'image qu'il donnait, emporté par l'effet de meute et la camaraderie.
Et pourtant c'était là un toute autre portrait qui se dressait, pour les premières heures de navigation. L'homme qui avait laissé tomber sa moustache et ses fanfaronnades au petit matin se prit d'un sérieux trop contrasté avec les événements de la veille, se concentrant au moindre coup de main à portée de ses talents. Le Gilnéen avait le pied marin, et comptais bien combler l'ennui des habituels séjours en mer, mettant la main à la pâte le plus souvent qu'il lui était possible de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alessia Ducatore
Mercenaire
avatar

Messages : 290
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Ven 30 Juin - 17:00

Un spectre, une ombre, un simple courant d'air. La jeune recrue Ducatore n'était personne aux yeux de la compagnie, une nouvelle venue sans histoire, sans attache, sans lien. Une femme silencieuse, tournant autour des mercenaires sans jamais véritablement prendre part aux conversations.
En outre, maintenant sur le navire, malgré le manque cruel d'espace, elle reste difficile à saisir, invisible, parvenant à s'extraire du groupe d'un claquement de doigt, au détour d'un pilier de la cale, d'un mât, d'une caisse, s'éclipsant comme si rien n'était. Ne revenant le plus souvent que pour manger, participer aux exercices, s'atteler aux diverses tâches confiées. Rien de plus, rien de moins.

*******************************************************************************************************************************************************

Pour ce qui est de Kazran, la température est toute autre. Ses rires gras, ses phrases graveleuses, son timbre cendreux, il était difficile d'esquiver ses insultes, ses piques, ses boutades outrancières, le plus souvent avec les exotiques de la compagnie, et principalement Kinkan.
Tout semble parfait pour ce nain balafré, a voir si cela continue une fois à terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itiel Aarkens/Emerline
Mercenaire
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 14/05/2017

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Ven 30 Juin - 18:07

Aarkens n'a pas bien changé depuis le départ du navire de la Rétribution : elle reste serviable et met à profit ses gros bras pour les quelques tâches "ménagères" du bateau, passant le reste de son temps à coller la petite, l'éloignant de tout possible danger (ici les hommes les plus miteux de la compagnie qu'elle aura joyeusement rembarré d'un sourire franc). Elle ne semble pas plus perturbée que ça par le ressac, au contraire. L'air marin lui fait un bien fou.

____

Ce n'est pas tellement le cas de la petite Emerline qui n'aura pas pu garder son petit-déjeuner dans son estomac bien longtemps. Si ses nausées semblent s'être calmées, elle garde un teint pâle et un regard absent.
Elle sera restée dans le dortoir des femmes pendant les quelques premières heures, allongée sur sa maigre couche qu'elle aura retrouvé plus tard dans l'après-midi. Entre deux, elle sera parvenue à se "promener" sur le pont, discutant avec les quelques passants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ylanah Ziegler
Vétéran
avatar

Messages : 209
Date d'inscription : 22/01/2015
Age : 22

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Ven 30 Juin - 19:15

Fidèle a elle-même, Wanda n'aura pas semblé particulièrement dérangée par le départ de la capitale ou autre. Elle se sera sûrement payée le luxe même d'envoyer quelques piques aux nouvelles recrues, ou de taquiner sa victime favorite en l'embêtant au possible de sa sexualité naissante avec l'arbre de la compagnie. Le tout probablement en évitant le sergent Elzen et l'adjudant au possible, se figeant si elle venait à tomber sur eux, de suite moins fière.

Elle sera sinon restée cynique comme à son habitude, pas vraiment dérangée par les flots.

---

Ylanah n'aura pas vraiment mis le nez sur le pont, se réfugiant soit dans le dortoir des femmes quand elle le pouvait, soit a la partie du bateau dédiée à l'infirmerie en prétextant avoir un inventaire des fournitures à faire. Sa peur de l'eau et son inaptitude à nager étant connues, ça n'avait rien d'étrange. Le reste du temps, elle se sera déplacée flanquée d'Itiel. Légèrement mal à l'aise le premier jour, elle aura fini par bien vite retrouver le sourire en sa compagnie, s'amusant de ses frasques, et plaignant ceux s'approchant trop du duo blond-brun si particulier.

Tous les soirs, comme convenu - et un peu à contre-coeur - elle se sera rendue comme ordonné par le sergent Elzen sur le pont en compagnie d'Emerline, s'entraînant avec sa consoeur prêtresse longuement, se réveillant le matin avec de nombreux bleus parfois ou les muscles endoloris et courbaturés, fatiguée.

Elle se sera également méfiée de certains nouveaux, en particulier Carradine, se sentant plus à l'aise avec d'autres comme Alexane, Emerline justement, n'ayant trop rien contre la compagnie de Jason bien que le trouvant très particulier, et d'autres encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marvin Shelton
Sergent
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 23/08/2016

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Ven 30 Juin - 19:35

Shelton se sera bien plus rapidement remis de l'expérience "Abime" que d'autres. Ayant profité de la permission pour se détendre et se remettre psychologiquement.

Occupant ses journées à veiller à ce que tout se passe bien à bord du navire, il aura passé un certain temps à observer les nouvelles recrues, son attitude décontractée et peu autoritaire en permission laissant peu à peu place à sa manière d'être en mission : familier mais plus strict.
Mais aussi plus confiant. En effet les suites de la dernière mission semblent avoir définitivement confirmé Marvin dans le grade qu'il occupe depuis maintenant quelques mois, ce dernier ayant visiblement prit ses aises à ce poste au fil du temps.


Le reste de son temps, il l'aura occupé à discuter avec les mercenaires qu'il connait mieux. Olivia, évidemment, mais aussi Taylor, et quelques anciens tels que Vaelys, Arliden, et d'autres anciens qu'il aura été déranger dans leur routine pour bavarder.

La préparation de l'armement varié qu'il transporte, enfin, aura occupé le temps restant, en plus de quelques heures passées à flâner sur le pont, son grade le soustrayant aux tâches ingrates à sa grande satisfaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Carragher
Mercenaire
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 27/06/2017

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Dim 2 Juil - 12:59

A vrai dire, Jason était plutôt un jeune homme discret. Si l'alcool pouvait généralement délier sa langue dans une taverne et faire de lui quelqu'un d'acerbe, voire relativement désagréable. Tacleur et agressif, il avait un comportement autre durant la traversée. Parlant assez peu, presque "timide" il tâchait de se rendre utile et faire ses preuves hors combat. Si sa langue est plutôt engourdie, au moins il s'avère plutôt doué avec les mains.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lara Warlding / Heinger
Mercenaire
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 04/06/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Mer 5 Juil - 7:38

Quand Carradine avait glissé ces quelques mots sur Olivia, Minhalet avait fait plus que grincer des dents. Une vague de fureur l'avait envahi et la colère consuma sa patience à petit feu. Tant et si bien qu'elle décida de s'exiler des autres et d'aller marcher quelque peu.

Là, seule face à ses élans de haine, elle dégaina sa lame, et frappa le tronc d'un arbre, puis d'un second, puis ce fut le tour d'une souche, de brindilles, d'hautes herbes... Les copeaux de bois volaient, se mêlant à quelques fleures dans la frénésie de l'instant. Aveuglée par son désir de destruction, la semi-elfe tira sur le fer argenté de son bracelet enchanté, dans l'espoir secret de laisser libre court à sa magie et certainement de brûler un pan entier de la forêt. Mais, aussitôt avait elle déposé ses doigts nimbés d'écorchures sur le métal du bijou, que Findol apparut en chaire et en os, la dévisageant.

Face à lui, Mordingard était voûtée, bave aux lèvres, elle respirait lourdement, grognant comme un animal traqué. Sa main agrippait la fusée de son épée, et ses pieds nageaient au milieu de son massacre. Mais lorsque ses prunelles rencontrèrent celles du Lieutenant ses yeux perdirent tout soupçon de haine, et elle abaissa le regard. L'apprentie se laissa guider par les enseignements de son maître durant une bonne heure, l'écoutant avec intérêt avant de rentrer à ses côtés dans le plus serein des états.

Tous ceux qui croisèrent son chemin ce soir là purent se rendre compte de quelque chose. De fait, elle avait changé. Ses airs belliqueux de petite adulte puérile avaient laissés place au une mine assurée et calme, preuve manifeste de sa naissante remise en question.


Dernière édition par Lara Warlding le Jeu 6 Juil - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldared
Adjudant
avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 10/02/2012

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Mer 5 Juil - 23:02

"On va tous y passer !" Ces mots résonnaient dans le crâne du maître d'armes rentré dans sa tente après la mission du soir. Une atroce migraine le cisaillait et lui faisait revoir encore et encore cette scène de trahison, entre deux camarades mercenaires au dessus d'un abîme d'âmes hurlantes. Sa paranoïa grandissait chaque jour, à chaque nouveau cauchemar, chaque nouveau réveil en sursaut dans un bain de sueur, chaque frisson froid le long de son échine. Il avait lui-même cédé à ses peurs en envoyant cette dague vers Carradine et s'en voulait terriblement, lui qui s'était juré de toujours rester droit et exemplaire. Mais il ne pouvait pas non plus s'empêcher de détester les autres au plus profond de son être, ceux qui n'avaient pas vu ce qu'il avait vu, ceux qui prenaient leur travail avec légèreté et négligence alors que la folie guettait encore quelque part.

Enroulé dans sa cape aux ombres réconfortantes, Leinart n'entendait plus rien, ne voyait plus rien et se laissait bercer par les murmures de son esprit, s'isolant encore un peu plus de ses pensées altruistes et des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lara Warlding / Heinger
Mercenaire
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 04/06/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Jeu 6 Juil - 13:29

La voix de Findol résonnait dans les tympans de Lara qui, acculée par la fatigue, peinait à suivre sa séance d'entrainement. La cause de tous ces maux trouvait source dans ses souvenirs du donjon, évidemment. La nuit ne lui semblait plus être la même, plus depuis son retour en tous cas. Chaque ombre, chaque pan d'obscurité était une crainte. Chaque zone ombragée, un potentiel danger.

 Les flash mémoriels fusaient lorsqu'elle essayait de fermer l'oeil. Des cauchemars, propres aux âmes torturées, des visions qui ne quittent jamais vraiment leurs hôtes. Elles la hantaient, plus encore que  ses regrets, que ses remords. Plus encore que cette fameuse nuit d'hiver, où elle se réveilla, enfant, aveuglée par la crainte naturelle d'une terreur nocturne, dans sa chambre en feu. Nuit mémorable où, pour la première fois de sa vie, sa magie se manifesta.

 Minhalet perdit un instant Findol du regard pour se replonger dans la mer houleuse de son introspection. Ses paupières lourdes tremblèrent, et le voile obscur de ses cils vint recouvrir ses prunelles.

Ça y est. Elle y était... Tout commençait comme à chaque fois par une abstraction, un flou rougeâtre aux accents vermeils duquel émanait quelques éléments sonores, posant les fondements du théâtre de sa mémoire. Le crépitement des cendres volatiles, le feu qui sifflait, les cris de sa mère, les pleurs de sa sœur.

Elle pouvait le voir à présent que le décor se dressait. Tout était là.

La cloche, résonnant non loin, l'odeur du bois, et l'incendie qui l'encerclait. Comme à chaque réminiscence de ce moment précis, le brouhaha ambiant l'assommait, une incompréhension totale la gagnait: Tout allait beaucoup trop vite, et les flammes dévorantes gagnaient du terrain, rongeant les pans de cèdre sculpté à ses pieds, léchant les poutres qui soutenaient le toit, noircissant la pierre blanchâtre de ses murs.

 Comme à chaque fois, tout paraissait vain, futile, perdu, et la vie, elle, semblait si infime, si fragile. Quand soudain, comme par miracle, tout s'immobilisa. Les braises qui enflammaient le ciel , noir de fumée, se figèrent, la danse mortifère des flammes se ralentit et les halètements plaintifs du jeune enfant qu'elle était cessèrent soudainement. Là, au milieu du brasier, sortant d'une espèce de torsion, une silhouette apparue. Un demi-elfe, brun, au regard glacial sortit des flammes, protégé par une épaisse bulle protectrice violacée. Le ralentissement ne semblait pas avoir d'effets sur lui, et à sa vision, les prunelles de Lara se galbèrent d'un lourd cerceau humide.

Il tendit la main vers la jeune demi-elfe et murmura, d'une voix claire et limpide:

"Viens dalah'dore, ne reste surtout pas là, viens, hâte toi maintenant."

Malgré l'horreur de la situation, la main incertaine de Lara gagna la paume de son sauveur, et, perçant le silence illusoire de cet instant, quelques paroles cristallines s'échappèrent des lèvres de la jeune fille:

"Ann'da.."

Cette image de lui, était la seule dont elle se souvienne avec exactitude. Elle le revoyait, entouré par ces flammes qu'il semblait dompter, fort d'une puissance que même les éléments ne voulaient approcher. Son calme froid, son impassibilité, son regard, rien n'avait bougé de sa mémoire, aucun détail n'échappait à son souvenir.

Lara rouvrit les yeux. Ca n'avait duré que quelques secondes. Elle avisa son maître. Son air avait changé, son épuisement s'était mué en une concentration, galvanisée par une soudaine assurance, prête à en découdre avec ses premiers sortilèges.



Portrait de Victelius, père de Minhalet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regdar Andhun
Recrue
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/06/2017

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Jeu 6 Juil - 18:49

Moins de deux semaines s'étaient écoulées depuis son intégration dans les rangs de la fameuse compagnie. Et déjà il faisait parler de lui. En toute légitimité, il avait rapidement été catalogué comme le séducteur invétéré, charmeur un peu poussif sur les bords mais disposant d’un indéniable bagou.
L'arrogance et la désinvolture qui étaient siennes atteignirent des sommets l’autre soir, lorsque la troupe avait quitté la retraite d'Orendil pour venir en aide aux sentinelles acculées par des cultistes.
Sa grande gueule avait fait grincer un certain nombre de dents parmi ses supérieurs, tandis que son flagrant déficit de solidarité crispa sans nul doute ses camarades les plus idéalistes. Le Sergent Prescott, à bout de nerfs, lui avait infligé une sanction sévère au regard de son comportement. Il lui faudrait, pendant un laps de temps indéterminé, servir de boniche à l’ogre de la compagnie, Gor’Bak.
Une tâche évidemment bien ingrate, dont on passera les détails... De quoi le rendre plus humble, avec un peu de chance. Toujours est-il que cet épisode et, plus généralement, sa terrible irrévérence, avaient braqué sur sa personne une flopée de regards réprobateurs.

Il ne cherchait pas spécialement à se faire des amis, de toute façon. Tout ce qu'il lui fallait, en réalité, c'était un public, un auditoire, quelqu'un pour écouter ses logorrhées bouffonnes et désopilantes. Tantôt drôle, tantôt cocasse... Divertissant même, parfois. Il pouvait cependant vite devenir importun, voire furieusement agaçant selon l'interlocuteur.
Son attitude hors-du-commun lui avait toujours attiré les faveurs comme les inimitiés, en cela rien de très inhabituel. Alors il ne s’offusquait jamais de crisper, de choquer ou de déplaire. Après tout, la chance souriait aux audacieux et il avait fait de cette maxime l’un de ses mantras favoris. Et ce genre d’argument excusait tout dommage collatéral. La fibre empathique lui faisant cruellement défaut, Carradine était bien incapable de se soucier du bien-être ou de la sensibilité d'autrui. Incapable d’affronter sa propre solitude, aussi. Inconsciemment, et pour se prémunir de cette terrible affliction, il s’était toujours servi des autres comme de vulgaires boucliers. Enfant puis adolescent, le succès auprès de ses pairs avait souvent été instantané, du moins sans jamais trop d’effort. Cette facilité et son entourage constant lui avaient épargnés les jalons douloureux mais nécessaires de l’introspection. Sans avoir établi de véritable relation avec soi-même, l’on n’est pas fichu d’en tisser avec les autres. Du moins, pas vraiment, et sa personnalité essentiellement factice illustrait à merveille cette théorie.  De toute évidence, son esprit impudent fuyait à tout prix ce genre de pensées. Les femmes et l’alcool étaient un moyen relativement efficace d’exorciser cette crainte bien enfouie, la crainte de soi. Il est toujours plus facile de se vautrer dans la débauche et dans les plaisirs insouciants plutôt que d’affronter franchement ses démons existentiels. En cela, il était le dernier des lâches.

Sa bien courte existence pouvant être résumée à un tourbillon d’excès en tout genre, rarement avait-il eu le temps d'imaginer, ne serait-ce que contempler l'éventualité de poursuivre une autre voie. Une fois, l’idée l’avait effleuré. Plus que ça, même. Mais il n’aimait pas en parler. Cet épisode datait d’une époque où il portait alors un autre nom. Et un nom ne signifiait rien à ses yeux, aimait-il croire. Il suffisait d’en changer pour altérer sa propre histoire. C’était aussi bête que ça. Dans ces moments-là, son talent naturel pour le mensonge faisait régulièrement de lui sa propre cible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valteri Vinrae
Mercenaire
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 19/06/2017

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Lun 10 Juil - 8:53

Valteri avait fini par visiter Huxley à l’infirmerie, quoique sans doute pas de la façon à laquelle il s’attendait.
Allongée sur le dos sur une des couchettes, elle avait attendu patiemment que les soigneurs aient terminé avec les blessés graves, méditant une bonne partie de la nuit jusqu’à ce que l’on s’occupe de ses plaies - lacérée par les lianes du satyre avait été une expérience déplaisante, mais elle n’y prêtait de toute évidence aucune importance, se contentant de hausser les épaules pour toute réponse à quiconque lui demanderait ce qui lui était arrivé.
Ses réserves d’énergie mystique vidées l’inquiétaient beaucoup plus.
Aussi, dès les soins terminées, elle récupéra dans ses affaires une bouteille de verre magique, à la forme effilée et élégante, contenant un arquevin à la légère lueur bleue. Probablement chapardée à Suramar, et conservée dans sa réserve personnelle - accompagné d’une crème glacée arcanique invoquée dès qu’elle en eut les moyens, qu’elle partagera volontiers avec son camarade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reese
Anonyme
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 08/05/2017
Age : 24
Localisation : Azeroth

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Mer 12 Juil - 1:54

Après cette dernière mission, Reese s'était fait rapidement ausculté et soigné sa morsure sur son épaule avant de s'occuper à l'infirmerie des mercenaires qui demandaient des soins particuliers. Il n'était pas docteur à la base, il n'avait que les connaissances basiques de la Cathédrale, il faisait ce qu'il pouvait et utilisait souvent la sainte pour aller plus vite même si malgré tout il avait un travail appliquait. On le prenait souvent pour le mec qui en avait rien à battre de tout et pourtant quand c'était la vie des autres, il était plus présent et empathique sans le montrer sur son visage ou dans les mots, mais seul les gestes comptes pour lui.

Épuise, éreinté,  il se devait de se punir pour ce coup porté au Sergent, ce n'était pas voulu, heureusement, il voulait éclater la créature devant lui, mais après tout dans la bataille tout peu arriver. Sa punition, s'occuper des tabards déchiquetés ou sanglants comme lui avait ordonné le Capitaine le soir d'avant. Il pouvait attendre le lendemain, mais il se devait de le faire maintenant.

Il prit le temps d'aller à la petite source d'eau fraîche à côté avec un sac et les tabards, il passa du temps à frotter pour retirer le sang, utilisant de la poudre de perlimpinpin accélérer le processus. Il finit par retourner dans sa tente avec ce sac de tabard, les attachants tout autour de sa tente pour les faire sécher.

Finalement vide et complètement amorphe il se coucha dans son lit de fortune pour dormir pendant des heures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Carragher
Mercenaire
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 27/06/2017

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Mer 12 Juil - 2:17

Il avait vu de nombreux compagnons périr. C'était peut-être l'une des raisons pour lesquelles il ne se liait pas réellement d'amitié avec les gens. Endormi par le médecin, il ne souffrait que dans ses songes.

A son éveil, la douleur l'avait repris, le faisant gigoter et râler à travers toute l'infirmerie. Cependant, il avait pris dans un moment de calme où la douleur ne le rendait pas fou le temps de s'asseoir sur le bord de lit de Kataline, la remerciant à voix basse, toujours grognon et assez sec, comme d'habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loon/Aliya
Mercenaire
avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 02/04/2016
Age : 22

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Mer 12 Juil - 12:45

Loon était muette comme une carpe depuis hier soir et pour cause...
Ayant subi un étouffement prolongé et de plus en plus important pendant la mission, elle avait survécu de justesse mais surtout, elle se retrouvait avec le larynx écrasé ce qui lui offrait les joies de la non-parole pour les quelques jours à venir et ceux, malgré les soins magiques auxquelles elle aura le droit.

Elle s'était munie d'un petit carnet et d'un crayon au cas où elle aurait vraiment besoin de dire quelque chose - d'ailleurs on remarquera l'écriture assez belle de la petite noble de naissance-. Sinon, elle se contentait d’acquiescer, de secouer la tête ou de faire des gestes plus ou moins compréhensibles selon l'intelligence de son interlocuteur.
Exemple de l'écriture:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rumeurs de la compagnie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 16 sur 18Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17, 18  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rumeurs NBA
» [RAID] La Compagnie KOUBAK ®
» Rumeurs : morts inexpliquées dans les royaumes humains.
» Les rumeurs + ou - certaines de Mars 2010
» Nouveaux Comtes Vampires, compil des rumeurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rétribution :: Le campement :: Le feu de camp-
Sauter vers: