Rétribution

Guilde RP sur Kirin Tor - World of Warcraft
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rumeurs de la compagnie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20
AuteurMessage
Assast
Capitaine
avatar

Messages : 1945
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Ven 20 Oct - 14:01

Depuis l'assaut sur la ville de l'autre soir, les défenseurs sont à cran et la garde grise de plus en plus sur les dents. Tous les civils suspects qui rôdent dans les rues après le couvre-feu sont contrôlés et sommés de rentrer chez eux.
Les voleurs sont pendus sans pitié au nom de la loi martiale et tous les citoyens valides sont réquisitionnés pour renforcer les défenses.
Le campement des mercenaires n'échappe pas à la lourdeur ambiante. Se rendre en ville sans l'autorisation d'un officier ou d'un sous-officier n'est plus possible.
Le Capitaine et le Lieutenant s'absentent plusieurs fois par jour pour participer à de mystérieuses réunions stratégiques et on aperçoit parfois le Gouverneur ou le Comte passer dans le quartier sous bonne escorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://retribution.forum-pro.fr
Vaelys Chantesang
Vétéran
avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Sam 21 Oct - 0:28

Aucune trace de l'elfe de sang dans le campement, ni au moment du retour de la troupe, ni au cours de la nuit, ni le lendemain matin. La tente de Vaelys resterait vide pour le Soleil sait combien de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyonne
Mercenaire
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 04/06/2017
Age : 21

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Lun 23 Oct - 13:40

Elle se réveilla le temps d'une pause entre deux rêves. Son souffle était lourd mais elle était en vie, et elle le devait à Ylanah. Ses premières pensées, comme hier allèrent vers elle, puis vers Alma.

Elle se hissait difficilement sur ses paumes avant que le bruit d'une corde d'arc ne l'interpelle. Glissant dans l'ombre de l'infirmerie, elle se faufila jusqu'aux pans de tissus qui faisaient office de porte. La corsaire avait l'habitude d'être discrète, et alors que son cœur palpitait -encore hanté par la douleur de ses anciennes blessures- elle détermina l'origine du bruit. Une silhouette avisait les alentours, arc bandé, prêt à tirer. C'était la demi-elfe qu'elle était partie sauver il y a quelques temps. Lyonne l'avisa calmement avant de sortir de son abri de fortune.

Même si de loin la demi-elfe paraissait calme, en se rapprochant, Lyonne lui trouva l'air de ces animaux craintifs, peu enclins à s'approcher de l'homme. Recroquevillée sur elle même, lèvres mues par une expression de colère.

"Hé. Tu ne dors pas ?

-Qui vous a donné l'idée que vous pouviez me tutoyer ?
"

Ca n'allait pas être très simple. Mais naviguer en compagnie d'une trentaine d'hommes n'avait jamais été un exercice facile, et fort été de constater qu'elle avait avait su y faire à de nombreuses reprises.

"Hm, oui pardonnez moi. Alors? Qu'est-ce que vous attendez?" Voilà, pensa-t-elle, la brosser dans le sens du poil. Aussi hirsute soit-il.

"-Qu'est-ce que ça peut vous faire ?" Ca marchait. Encore un petit effort.

-Je ne sais pas trop, vous semblez assez importante ici, alors si une simple recrue peut vous aider dans l'exercice d'une fonction tierce, dîtes le moi.

-Hm
" Bingo. Plus qu'une petite couche de compliments et le tour était joué.

"C'est vous l'apprentie du Lieutenant non?

-Oui, oui c'est moi, oui. Et vous qu'est-ce que vous faites là ?
" Un jeu d'enfant. C'était une enfant, et Lyonne s'appliquait à jouer dans la même cour qu'elle, toujours avec bienveillance.

"Je dors mal, depuis le dernier assaut. Rien de bien méchant." La demi-elfe se crispa un peu plus.

"Au fait, moi c'est Lyonne." La jolie brune tendit sa main à Lara qui s'empressa de la lui serrer avant de revenir à l'horizon.

"Moi c'est Lara, mais appelez moi Quatre." Lyonne plissa le regard, incertaine de ce qu'elle devait en penser, rejetant la faute d'un surnom aussi ridicule sur le compte d'une adolescence sur le déclin.

"Et qu'est-ce que vous faites là alors Quatre?

-Je garde un œil par là, si jamais Chantesang venait à revenir.

-C'est votre amie ?
"

Tel fut le commencement d'un long dialogue qui les tinrent en éveil jusqu'à la fin de la nuit, illuminant un peu plus cette soirée morose, d'un éclat d'amitié naissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreas Lloyd
Mercenaire
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 13/07/2017

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Mer 25 Oct - 17:36

Le soleil s'était enfin levé, ce vieil imbécile.

Le docteur déplumé contemplait l'horizon en rinçant quelque serviette et chiffon usagé, comme s'il eut été possible de saisir un rayon pour l'étudier, le décomposer encore. Car il n'y avait pour lui rien de plus mystérieux et terrible que la lumière du jour, cette grâce qui toujours lui était refusée.

« N’oublie pas ton masque en sortant, mon chéri. »

Son enfance n'avait pas été si déplaisante, considérant sa réputation de pestiféré. Par la force des choses il avait été contraint de ne jouer que de nuit avec les bocaux de son père, les herbes de sa mère. D'ailleurs il s'amusait à reconnaître épices et essences, distinguer poisons et remèdes végétaux. Et puisque la solitude était l’apanage des enfants réservés, il n'était pas si étonnant ni regrettable de le voir se consacrer pleinement à ses études.
Des flacons, il en avait brisé, par centaines même, et autant d'espoirs couvés par ses parents quand ils étaient encore de ce monde.

« Je ne comprends pas ! J’ai beau soigner même les maladies les plus foudroyantes, rien n’y fait. »
Puis il avait dérivé - sur le front et les routes, par delà son laboratoire rebaptisé musée des horreurs tant il avait charcuté de cadavres encore frais.

« Puisqu’ils sont morts. A quoi bon les honorer ? »
Maintenant il frôlait son objectif du bout des doigts, gantés, il le devait. Que manquait-il à son sérum pour ne pas rejoindre les verres cassés de son histoire ? Un soupçon de magie sans doute. Abject - la medecine vaut mieux que cela.
Cette lumière, il devait s'en saisir par la force, enfin sentir les caresses sur sa peau laiteuse. « Choucas » Un patronyme de plus, sans grand intérêt. Après tout il faisait son travail. Il le faisait pour la science. Il le faisait pour découvrir de nouvelles sensations.

« Je sauve des vies. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ylanah Ziegler
Vétéran
avatar

Messages : 249
Date d'inscription : 22/01/2015
Age : 22

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Jeu 26 Oct - 17:24

C'est donc finalement à la fin du troisième jour faisant suite à son départ que la prêtresse blonde revint au camp de la Rétribution. Si Ylanah semblait fatiguée et manquant probablement d'un peu de sommeil, la jeune femme était parfaitement indemne : aucun mal ne lui aura été fait pendant son séjour. Dès son arrivée, elle se sera dirigée vers la tente des officiers afin de communiquer au capitaine les informations qu'elle avait collecté pendant son absence et la réponse de la Cour des Miracles quand à une potentielle entrevue avec la Reine des Gueux.

Une fois libérée de ses obligations, la blonde se sera dirigée vers sa tente où elle aura profité d'un repos bien mérité.

_________________
Thème Ylanah

Thème Bleunwen

Panic Intensifies:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alma Tolledo
Mercenaire
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 18/11/2016
Age : 30

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Sam 28 Oct - 10:09

Il ne lui avait fallu pas beaucoup de temps pour trouver refuge derrière la tente de l'infirmerie se laisser tomber sur le sol, déposant avec soin l'animal qui lui avait donné tant d'inquiétude. 

Elle n'était pas dans un état particulièrement vaillant, bien au contraire, et c'était sans compter sur ses instincts primaires qu'elle avait pu s'extirper elle aussi, d'une mort quasi certaine, lorsqu'elle s'était retrouvée au sommet de la tour en compagnie de Chantesang. Et pourtant, toute son attention était portée sur Orwell, qu'elle avait ramené contre sa poitrine en l'entourant de ses bras, pour cajoler la bête dont la vie n'avait tenu qu'à beaucoup de chance, et Arliden.

Passant outre la douleur de quelques côtes fêlées et des nombreux hématomes qui couvraient à présent son corps, la rôdeuse n'irait se faire soigner qu'à condition qu'Orwell soit rétabli.

Il était la priorité.

_________________
Tremble, Hellheim, car Olivia va y foutre le bordel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Der Kelton
Sergent
avatar

Messages : 304
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 19

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Sam 28 Oct - 12:44

Deux semaines, déjà. Aucune trace de Hans ou de Dorenorf. Dans le cas du premier, cette absence était liée à la perte d'images ; celle de son entraînement avec ses deux "élèves", Marvin et Alessia, qui n'avaient plus lieu, là, chaque matin, après les entraînements collectifs. Mais aussi l'image de ce visage rendu sévère par l'âge, observant les mercenaires dans le campement pendant un temps, s'isolant dans ses réflexions, face au bois du Sud, pendant un autre.
Finalement, seuls quelques rares mercenaires eurent l'occasion d'approcher le sexagénaire suffisamment pour le connaître. Mais donnait-il réellement l'envie que l'on l'approche... ? Avant sa disparition, on le sentait creuser peu à peu la distance entre lui et les mercenaires, à contrario de la proximité que les sergents de la compagnie sont sensés essayer de garder avec les mercenaires, pour le bien de leur fonction.

Dans l'attente du verdict, de toute information confirmant sa mort ou sa détention, une lettre trônait là, au beau milieu de son lit, à n'ouvrir que dans le pire des cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan Dorenorf
Vétéran
avatar

Messages : 430
Date d'inscription : 25/12/2012

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Dim 5 Nov - 4:30

Un, silence, deux, silence, trois, il était l'heure. Il était temps.

Chaque seconde, minute ou heure résonnait comme une horloge de parquet. Les jours défilaient, à l'image des navires qui allaient et venaient le long de leur îlot carcéral, les voiles claquaient et laissaient derrière elles un vent de liberté.

Au détour d'une conversation, d'un mur à l'abri des geôliers ou pendant un échange qui était susceptible de les rapprocher suffisamment, les bribes d'un plan se créaient, en vain. Aucun n'aura vu le jour. Les miliciens fonctionnaient par roulement, aucune tête ne restait assez longtemps pour apprendre qui elle était et ce qu'elle pensait. Sauf une, celle du chef des lieux, celle de Gustav Schaffer.

Il ne s'agissait pas là d'une prison ordinaire comme l'on pouvait trouver à Hurlevent. Non, chacun était libre de vaquer à ses occupations. Chacun était libre de participer à l'entretien de l'îlot, comme la pêche ou les réparations. Il y avait également des livres à disposition et écrire était possible, le tout étroitement surveillé par les cerbères de Schaffer.

Quatre, une diversion, cinq, le soulèvement.

Ils étaient là et c'est à ce moment qu'ils ont décidé d'agir. Pourquoi cet instant et pas un autre ? Nul ne sait pourquoi mais à cette question chacun hausserait les épaules. Le contenu d'un gobelet traverse la pièce et un liquide écarlate se déverse alors sur le sol. Un bruit sourd, c'est un corps qui chute. Des flammes, des vies s'envolent. Un sifflement, elle plie l'échine. Les fers se croisent, il ploie le genou.

six, la délivrance.

Merci, Votre Majesté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itiel Aarkens/Emerline
Mercenaire
avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 14/05/2017
Age : 19

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Mar 7 Nov - 15:54

Un mois et demi.

Quarante-deux jours, pour être précis. Quarante-deux jours s'écoulant dans la brume. Tout ce temps passé à se demander qui de ses camarades tenait encore debout, qui s'était effondré sans un bouclier pour le protéger.

Un bouclier. Un bouclier à brandir face aux lignes ennemies, fièrement et sans relâche, un bouclier à envoyer dans la gueule des plus téméraires. Bien sûr, elle n'avait plus le sien depuis un moment, prit avec le reste de ses affaires. Les jours passaient si lentement qu'elle en avait presque oublié l'angoisse du champs de bataille, les tripes qui se retournent aux premiers coups de canon, la morsure du fer. Elle avait oublié la trahison des premiers jours.

Diable qu'elle était inutile. Lasse, elle ne payait plus attention aux rondes, aux roulements, aux hésitations et aux opportunités frêles. Elle pêchait et discutait, acceptait l'alcool donné par leur geôlier, s'affairait aux tâches idiotes qu'on lui donnait. Une routine, un train-train presque insouciant. Jusqu'à ce que ses compagnons fassent le premier pas.

Un verre lancé à la figure, une charge brusque et inespérée, un renversement de situation. La lame glissait sous le heaume de leur gardien et d'autres arrivaient par la porte. Une autre charge, le rouge qui leur ouvre la voie, et un combat qui s'engage. Poussés par une flamme d'espoir, par cette adrénaline qui lui faisait oublier la douleur de la flèche dans son ventre et des coups dans leur chair, ils s'en sont sortis.

Quand ils seront rentrés, il faudra qu'elle remercie Marvin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Der Kelton
Sergent
avatar

Messages : 304
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 19

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Mer 8 Nov - 18:49

A son retour, Hans ne fut pas des plus bavards. Il faut dire qu'on l'eut aperçu particulièrement amoché, le bras gauche glissé dans une écharpe. Cet affaiblissement, quoi que temporaire, eut l'art de faire resurgir une vérité crue que le Sergent tentait à tout prix de protéger habituellement ; il est vieux. Les rides de son visage le lui rappelaient, la parfaite blancheur de sa barbe également. Les blessures devenaient de plus en plus dures à encaisser et il devait bien reconnaître que sans le recours de la Lumière ou toute forme de magie salvatrice, il lui serait infiniment plus difficile de repartir au combat.

Ainsi, une fois son rapport donné au Capitaine, il se sera reposé longuement dans sa tente. Seul, à l'abri des regards, il passa de longues minutes à observer sa vieille et fidèle montre à gousset, symbole de l'égocentrisme légendaire de sa jeunesse. C'est en effet en lieu et place de l'habituel portrait d'un être cher, qu'il retrouvait là le miroir qu'il avait fait installer, pour pouvoir s'observer lui, plutôt que quiconque. Bien sûr, avec le temps et les chocs, le miroir s'était brisé, ne renvoyant plus à son propriétaire qu'une image morcelée. Comme pour ne pas oublier son arrogance passée, dont des bribes ne sauraient d'ailleurs jamais quitté son âme, il préférait garder cette vieille antiquité dans ses affaires, pour pouvoir y projeter toutes ces réflexions en de tels instants.

Un jour de repos. C'est ce dont sa détermination aura eu besoin, au final. Ce n'est pas plus tard qu'hier qu'on le vit à nouveau dans le campement, allant discuter avec Alessia d'abord, avant de s'attarder plus longuement avec Marvin. Les deux Sergents n'avaient eu que l'occasion de se croiser, ce soir où l'un fut libéré pour que l'autre soit capturé à sa place.
Sans doute ne saurait-on jamais de quoi ils ont parlé, si ce n'est que les entraînements des deux "élèves" du Sergent Der Kelton reprirent le lendemain matin, sans considérations pour la protection de la ville, la veille au soir, qui n'aura pas su l'ébranler outre-mesure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Assast
Capitaine
avatar

Messages : 1945
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Mar 14 Nov - 2:04

"Je ne comprend pas. Ils étaient à notre merci, tu n'avais qu'a te pencher et saisir ce qui t'appartient de droit. Pourquoi avoir renoncé ?"

La femme fulminait en faisant les cents pas dans le salon de la chaumière. Dans l'âtre, les bûches craquaient sous l'effet des flammes qui noircissaient à vue d'œil leur écorce. Au centre de la pièce se trouvait une table de chêne massif sur laquelle trônait divers cartes et parchemins.
Outre la locutrice, se tenait autours de celle-ci trois hommes.
Le plus grand, un jeune homme massif et bien portant à la mâchoire carrée et engoncé dans une armure lourde rouge attirait tout les regards. Il se contentait pourtant d'écouter, mâchoire serrée.

"Monseigneur, je suis de son avis. Nous perdons du temps et des ressources alors qu'il serait si facile d'écraser toute résistance. Emparons nous de notre dû." fît un homme élégant au long manteau de cuir.

"Notre ? Vous inversez les rôles Marsh. Vous êtes à mon service et pas l'inverse. Votre cartel finance, mais je reste le seul propriétaire du comté."
rétorqua celui à l'armure rouge.

"Façon de parler Comte. N'y voyez nulle offense." répondit calmement l'autre, l'air badin, presque amusé.

"Mh.. M'ouais. Quoi qu'il en soit, la population ne doit pas subir. Sans quoi je perdrais le moindre espoir de devenir le Comte un jour. Et puis .. un démon ? Qu'est ce qui est passé par la tête de ton sorcier Stephen ?"

Le dernier occupant de la pièce pris la parole, d'une voix calme.

"Il a dépassé les bornes. Néanmoins, si je partage ton avis au sujet de la population, je crains que nous ne devions employer les grands moyens. Ils tiennent mieux que prévu et le ralliement d'Egham n'arrange pas les choses."

"Et alors magicien ? Que préconises-tu ?" s'agaça une nouvelle fois la brune.

"Les négociations avancent. J'ai réussi à passer un accord. Les détails sont dans mon rapport Garrett. Outre cela, je pense qu'un assaut massif sur la cité doit avoir lieu une nouvelle fois. Mais nous pouvons peut-être retourner l'opiniâtreté de ton père à notre avantage."
répondit simplement le mage.

"Viens en aux faits" s'emporta t-elle.

Garrett d'Irevent se contentait, lui, d'attendre la suite, sourcils froncés, fixant son interlocuteur. Le mercenaire s'avança alors vers la table et passa une main sur la carte, un sourire aux lèvres. Après un court moment de silence il pris enfin la parole.

"D'après ce que j'ai découvert, voici mon idée..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://retribution.forum-pro.fr
Findol
Lieutenant
avatar

Messages : 562
Date d'inscription : 24/08/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Sam 18 Nov - 1:25

« Ouverture de l’antichambre 0 : Interdits.
Foyer numéro 457
Niveau de stabilité 89 %
Artefact premier. Ëa Kalan – Astre parfait. »


Croisant les pouces face à la fontaine du château d’Egham, Findol conjura un siphon arcanique duquel put s’extirper un vulgaire coffret aux airs de cassette.
Sans adresser le moindre regard aux hommes de la Rétribution, il inséra une clé d’or dans son unique serrure.
Rouages.
Mécanisme.
Puis il s’ouvrit.
Des volutes bleutées s’élevèrent dans le ciel de nuit, fantastique réseau de filaments, imbriqués, scintillants. Un tourbillon de magie vint bientôt envahir jusqu’aux narines des résidents, troubler leurs pensées déjà éparpillées par la perte de nombreux camarades.

Un commandement du Lieutenant, et les rais se rassemblèrent, comprimèrent pour n’être bientôt plus qu’une sphère d’arcane, tant lisse que volatile.
Y plongeant sa main gantée sans crainte, il saisit la poignée d’une sorte d’épée sans lame, tout du moins composée de nombreuses sections circulaires desquelles s’échappaient sans cesse d’intenses effluves.

« Finissons-en. Avec cette farce. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loon/Liryin
Mercenaire
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 02/04/2016
Age : 22

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Sam 18 Nov - 10:17

Une simple lettre, aussi simple que la guerrière, avait été remise à Loon quelques jours auparavant, comme si la guerrière avait senti qu'elle ne tiendrait plus longtemps.
Elle était courte, et ne demandait qu'une chose : Que l'on envoie sa solde et son médaillon à sa famille.

Aliya n'était plus, mais pour les membres de la Retribution, elle n'était qu'une disparue de plus et ils n'auraient jamais le fin mot de l'histoire.

Ce soir-là, elle avait fait ce qu'elle avait pu alors qu'ils l'avaient abandonné, elle avait essayé de survivre, mais rien n'y faisait.

Elle le savait en voyant le canon de la pistole pointé vers son crâne, la Lumière la rappelait à elle pour l'emmener tout droit au Valhalla comme certains de ses camarades, notamment un Revan qui était tombé à ses côtés cette nuit-là.

Finalement "Belle Gueule" semblait soulagée de partir. "Quelle vie de merde..." pensa-t-elle alors que la munition tirée par la pistole fonçait droit vers son crâne et, quand elle le traversa, une seule et dernière image traversa son esprit. Son fils de cinq ans qu'elle laissait derrière elle.

"Théo" fût son dernier souffle et puis... Plus rien. S'en était fini de la guerrière.

Même les boucliers, aussi protecteurs soient-ils, finissent par se casser.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ylanah Ziegler
Vétéran
avatar

Messages : 249
Date d'inscription : 22/01/2015
Age : 22

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Sam 18 Nov - 15:58

Ylanah s'enroula dans sa cape en se venant se laisser choir contre le mur de pierre du château d'Egham, au côté des autres mercenaires rescapés de l'attaque sur la capitale. Ses paupières étaient lourdes et enflées pas la fatigue et son regard, flou, hagard. Elle fit tout de même quelques efforts pour rester consciente encore quelques secondes malgré l'insondable torpeur qui venait à l'assaillir.

L'azur de son regard avisa notamment le pauvre Augustus à sa droite. La perte de sa cape n'était peut-être pas une mauvaise chose au long terme, mais dans l'immédiat, avec ses blessures… Épuisée, elle ne pouvait que se contenter de garder la paume de sa main posée sur le front du guerrier, tentant de le rassurer, lui murmurant en réponse à ses délires qu'elle était là.

Ses yeux vagabondèrent ensuite tour à tour sur les autres patients, ainsi qu'Arliden qui devait sans doute s'employer à stabiliser Gor'bak. Ils dérivèrent ensuite sur sa consœur prêtresse, esquissant un rapide mais faible sourire. Elle était contente que sa pistole lui ait servi, et elle comptait bien lui laisser. Elle n'était pas sûre de vouloir la reprendre en main de toute façon, pas encore en tout cas. Elle ne se sentait pas prête après avoir ôté la vie avec.

Elle ne regrettait pas une seconde son geste bien entendu. Le mercenaire d'Allan l'aurait sans aucun doute traînée plus loin dans la ruelle une fois qu'elle aurait sombré dans l'inconscience pour la violer, et il l'avait brutalisée, poignardée à deux reprises. Mais c'était la première fois qu'elle prenait la vie de quelqu'un, elle qui avait fait le vœu de les sauver plutôt. Il lui faudrait sans doute un peu de temps pour accepter complètement son geste, pour ne pas céder à la panique le jour où, inévitablement, elle devrait se livrer à ce dernier de nouveau.

Avant que le sommeil ne l'emporte pour un repos plus que mérité, ses yeux se tournèrent vers un Marvin debout, et bien en vie. Les pertes avaient étés lourdes cette nuit, mais au moins il ne comptait pas dedans. Elle se laissa finalement envelopper par le sommeil avec l'ombre d'un sourire sur les lèvres.

_________________
Thème Ylanah

Thème Bleunwen

Panic Intensifies:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Assast
Capitaine
avatar

Messages : 1945
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Sam 18 Nov - 19:32

"Capitaine. Ils reviennent !"

L'armure du vieux Sergent était couverte de sang et de boue. A ses côtés se tenaient une quinzaine de mercenaires aussi tâchés et épuisés que leur chef, mais déterminés à se battre jusqu'au bout.
Le pont avait tenu, mais le bombardement continu du zeppelin avait sonné le glas de la position défensive et forcé le contingent à se replier à la première porte du manoir. De là, ils avaient eu à subir pas moins de trois assauts ennemis.
Tous repoussés. Le Comte et ses chevaliers étaient venus en renfort et les Fils de Stratholme s'étaient battus comme des lions.
A présent le gros des forces de Telenor s'étaient repliés sur le manoir et seuls ceux de Retribution et quelques archers tenaient encore la porte, au milieu des cadavres.
Du Lieutenant, pas de nouvelles. Pas non plus de la part d'Eldared. Il espérait qu'ils avaient survécus. Ils avaient de la ressource.
Le Gouverneur non plus ne répondait pas présent. Probablement se battait-il encore en ville, à moins que ...

"Capitaine ! Vos ordres ?!"

Le ton pressé de son sous-officier le fit sortir de ses pensées. Il posa le regard sur la troupe dépenaillées qui s'avançait vers eux avant de plisser les yeux.
Les uniformes en lambeaux et les armures abîmées de la cinquantaine de soldats et chevaliers qui grimpait péniblement la pente vers la tour ne donnaient que peu d'information sur leur allégeance. Il finit toutefois par reconnaître un visage. Un faciès taillé dans la plus solide des roches aux yeux brillants d'une expression sévère et implacable. La mâchoire crispée et les tempes blanchissantes.

"Repos Sergent. Il s'agit du Gouverneur. Nous n'aurons peut-être pas à nous battre de nouveau cette nuit, tout compte fait."

Et alors que Der Kelton distribuait les ordres il soupira.

"Faites qu'ils soient en vie." Songea t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://retribution.forum-pro.fr
Itiel Aarkens/Emerline
Mercenaire
avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 14/05/2017
Age : 19

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Sam 18 Nov - 19:35

Des tremblements incessant saisissaient ses doigts, et aucune Lumière ne parvenait à calmer les battements dans ses oreilles. Elle avait encore échappé à la mort, maintes fois même durant cette dizaine d'heures de bataille et de fuite.
Se recroquevillant sur elle-même, elle réprima une nouvelle secousse traversant ses épaules, nourrie autant de froid que de peur.

Elle serra entre ses doigts transis le manche d'un surin et prit une longue inspiration. L'odeur de la poudre flottait encore près d'elle. Au final, la pistole avait été bien utile. Elle s'était sentie si faible, si inutile contre ces assauts dans la ruelle. Elle n'avait même pas pensé à se défendre avec cette lame, ou avec son bâton, elle n'avait fait qu'appeler.. la Lumière. Un fil rouge qui en avait sauvé tant ce soir, quand manié par sa consoeur.

Elle.. elle s'était réfugiée dans un coin, avait prié pour son âme, avait soigné ses maigres blessures quand d'autres tenaient en rempart, criblés de balles et transpercés de toute part. Si réaliste, de Vilaire, si pragmatique. Une faible demoiselle horrifiée par le coup plongeant dans son ventre.

Soupirant à nouveau, elle glissa un regard autour d'elle dans le campement endormi. Une fiole presque vide gisait à côté d'elle, le fond d'un mélange doré y tournant. Sifflant la fin du breuvage, elle reposa à nouveau sa tête sur sa maigre couche et imagina d'autres bras enlacer ses épaules avant de sombrer dans un sommeil trouble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arliden
Vétéran
avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 17/07/2015
Age : 22

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Dim 19 Nov - 1:09

Arliden ne frémissait pas. Ne tremblait pas. Ne pleurait pas.
Il ne semblait même pas ébranlé. Il demeurait fidèle à lui-même, grand worgen inexpressif, les yeux luisants, silencieux et distant.

Et pourtant de nombreux signes trahissaient la tension extrême qui l’habitait. Le sang désormais sec qui collait ses poils et maculait notamment son museau, comme de sinistres peintures de guerre, l’incessante énergie qui le poussait à faire les cent pas dans la cour, inlassable, les oreilles oscillant sans faillir dès qu’un son claquait, ou la truffe en l’air, constamment tournée vers le vent; ou peut-être était-ce le repos qu’il se refusait à prendre, porté par les restes d’adrénaline et la fureur bestiale.

Le temps qu’il n’avait pas passé à arpenter les pavés, il l’avait distillé auprès du corps de Revan, dont il s’était employé à rendre le corps présentable. Il avait pris le temps de le nettoyer au mieux, et de recoudre chaque plaie, puis l’avait laissé étendu, les mains croisées sur le sternum.

Puis… Il lui avait fallu de longues heures pour achever de s’épuiser, de vider la sourde énergie qui l’habitait - et il avait fini par se rouler en boule, calé contre Gor’bak pour continuer malgré tout à veiller sur lui.

_________________
Le loup, en moi, est cette force fluante qui bondit déjà vers sa liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marvin Shelton
Sergent
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 23/08/2016

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Dim 19 Nov - 3:52

Le sergent avait beau avoir écopé de sérieuses blessures la veille, il restait motivé, combatif, faisant les cents pas en guettant l'arrivée probable d'ennemis. Se reposant peu, ou en tous cas pas assez, il ne tenait debout que grâce à une féroce détermination et surtout à la Lumière et à Ziegler, encore une fois.

Passant beaucoup de temps à triturer un médaillon lumineux qu'il avait confié à une amie à Haut-Roc, tout en surveillant davantage les environs que ses propres hommes.

Le bijou n'avait pas sauvé Prescott et il ne le sauverait peut-être pas lui. Mais peu importait, une seule chose était sûre en l'observant : il avait envie de se battre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gor'Bak
Socio-traître
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 26/01/2015

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Dim 19 Nov - 11:55

Gor'bak ne tarda pas a reprendre conscience sous les bons de Arliden. Gémissant de douleurs, se lamentant sur le fait que il allait encore devoir de l'argent au patron car il avait perdu son marteau, ou encore que les esclaves avaient gagné.

La fracture du moral ne tardera pas a arriver
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alessia Ducatore
Mercenaire
avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Dim 19 Nov - 15:02

Les grognements et râleries du Sombrefer ne manquaient pas de ponctuer la moindre tâche, accompagnant les autres mercenaires dans le château d'Egham dans cette épreuve.

Et quelle épreuve !
Des bras-cassés comme compagnons, tous à moitié crevés, en infériorité numérique dans des positions en ruines, l'attente d'une mort quasi-certaine, voilà pourquoi il avait vécu deux siècles, voilà ce qu'il recherchait encore après tout ce temps, le frisson de la proie acculée qui n'a plus qu'une option : Attendre le prédateur de pied ferme, et lui faire regretter sa position dans la chaîne alimentaire.


Le vieux soudards d'Ombreforge bien qu'à de nombreuses reprises blessé, s'était toujours relevé, non pas sans aide de quelques magies bénéfiques, et aujourd'hui encore il était un modèle de force, solide comme un roc, capable d'affronter les vents et les marées pendant encore des siècles. Il aidait à la "remise en forme" du château, en tout cas, de retaper le peu qui pouvait l'être. Barricades sommaires, renforcer la herse, cocktail Gedon, ce n'est pas le boulot qui manquait ! Surtout que le temps pressait. L'Empereur seul sait quand les enfoirés d'en face se pointeront pour reprendre leur fief.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rumeurs de la compagnie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 20 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20
 Sujets similaires
-
» Rumeurs NBA
» [RAID] La Compagnie KOUBAK ®
» Rumeurs : morts inexpliquées dans les royaumes humains.
» Les rumeurs + ou - certaines de Mars 2010
» Nouveaux Comtes Vampires, compil des rumeurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rétribution :: Le campement :: Le feu de camp-
Sauter vers: