Rétribution

Guilde RP sur Kirin Tor - World of Warcraft
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Rumeurs de la compagnie

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28
AuteurMessage
Kazran
Sergent
avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Jeu 1 Nov - 12:42

Contemplation macabre :

Le chevalier avait quitté son surplomb, depuis sa dernière expédition. Au loin, il avait contemplé les jeunes se faire pendre, l'un après l'autre, observant avec une fascination morbide leurs derniers tremblements, les derniers spasmes, jusqu'à capter même l'essence de leur dernier soupir lorsqu'ils passèrent de l'autre coté. C'est de longues heures qui passèrent, où son regard restait braqué sur les dépouilles que seul le vent agiter, pour finalement tourner les talons sans prévenir, sans donner le moindre indice de ce changement de comportement, et s'éloigner de la Ferté d'Arom. Quiconque aura essayer de le suivre, l'aura tout simplement perdu de vue. Sa trace disparaissant soudainement dans la neige, comme s'il s'était volatilisé.


Le jour des morts :

Son pas foulait de nouveau la terre ferme, s’enfonçant dans la terre boueuse et les feuilles mortes. L’automne avait frappé, et à en juger par le vent glacial qui couchait les herbes et agitaient les feuillages aux alentours, l’hiver n’était plus très loin. La faille dans la réalité, vibrante d’une sombre énergie, semblable à une porte donnant sur l’outremonde se refermait derrière le chevalier. Des majestueuses montagnes immaculées de la Ferté d’Arom, au cadre macabre d’un cimetière isolé au milieu d’une forêt dense, précédé d’un unique sentier se perdant entre les pins, l’ensemble baignant dans la brume sépulcrale si caractéristique de ce genre d’endroit. Baron avait voyagé loin, traversant les terres désolées d’un royaume où les mortels n’avaient pas leur place. La lune surveillait timidement le champion de la mort, cachée derrière d’épais nuages poussés par les vents. Lui, revêtu de son armure de seigneur du fléau, tâchetée de lueurs froides et violacées, qui laissaient une brève réminiscence fantomatique dans son sillage. Il s’avança au milieu des tombes, peu nombreuses. il y en avait une dizaine tout au plus, éparpillées sans réels ordonnancement, et enfermées derrière une barrière rouillée, hérissées de pointes et les barreaux bouffés par le lierre.
Quelques pas suffirent au chevalier pour se présenter face à deux tombes pour le moins proches l’une de l’autre, les pierres étaient en marbre, la première était admirablement bien décorée, tandis que la seconde était frappée d’une sobriété morbide. Il contempla alors de ses orbites creuses les deux pierres, chassant le lierre parasite qui s’y est accroché au fil des ans de son gantelet. Dévoilant ainsi les inscriptions partiellements effacées, fruit d’un saccage, d’une profanation ciblée, visant à dissimuler l’identité de ceux qui reposent sous la terre. La première tombe laisse néanmoins savoir qu’une femme nommée Jasna, épouse attentionnée et mère aimante, est décédée durant l’automne de l’an 20. La seconde sépulture est autrement plus saccagée, la pierre balafrée sur toute sa surface ne laisse que peu d’indice sur l’identité du supposé mari.
C’est avec fracas que le porteur de Désastre enfonce la lame susnommée dans le sol, un grondement inhumain filtrant par le ventail de son heaume. De longues secondes, il se figea, droit face à la pierre de l’épouse, son regard braqué sur les inscriptions , jusqu’à ce que la pâle lumière de la Mère Lune ne caresse la surface du marbre. Il releva les yeux, et c’est alors qu’il vit une silhouette éthérée, celle d’une femme dans la fleur de l’âge, vêtue d’une longue robe evanescente. Celle-ci croisa alors le regard du chevalier, un sourire éblouissant aux lèvres, ce sourire que l’on ne réserve qu’à  la joie que procure l’être cher retrouvé après une longue séparation.
«Mon aimé, enfin vous me revenez. Comme vous me l’aviez promis.»
Puis elle se rapprocha, écartant les bras pour enlacer le chevalier qui restait parfaitement immobile, encagé dans son armure, la flamme impie régnant dans ses orbites gagnant cependant en intensité.
«Qu’est-ce qui vous a retenu si longtemps? Enfin peu importe. Je suis si heureuse que vous soyez là. Les enfants vont bondir de joie quand ils apprendront la nouvelle de votre retour. Il nous faudra organiser un banquet pour fêter ça !»
L’étreinte s’éternisa, le temps semblant cesser de s’écouler, il pouvait sentir sa présence et sa chaleur contre lui, le souffle du spectre flatter son cou, mais le temps finit par reprendre son cours. Celle qui autrefois était l’épouse d’un noble seigneur s’écarta alors, sans perdre de son sourire, ses yeux brillants d’un bonheur palpable, jusqu’à l’apparition d’une ombre puis d’un frisson qui parcoura tout son être. Ses yeux s’écarquillèrent soudainement, son sourire se transformant en un rictus douloureux. Ses fines mains s’agrippèrent aux bras du chevalier qui pouvait ressentir leur contact, même par-delà le métal impie, ce qui ne manqua pas de le faire ciller.
Elle entrouvra les lèvres, essayant de parler, mais aucun son ne filtrait de ses lèvres tremblantes, tandis que son visage perdait toute couleur, se figeant dans une grimace hideuse témoignant bien plus de sa souffrance que de la douleur qui tenaillait ses tripes lorsqu’une lame d’autrefois lui transperça le ventre. Il porta la main au visage de son aimée, un geste affectueux qu’il pensait avoir oublier, vestige d’une vie qu’il chercha pendant si longtemps à oublier. L’écho disparu alors, chassé par une brise glaciale.
«Une fois de plus, le destin t’arrache à moi. Je ne compte plus les fois où je t’ai vu périr entre mes bras. Il est temps que cela cesse.»
Il reporte sa main sur la fusée de Désastre, l’empoignant fermement.
«Mais avant que nous nous retrouvions, Jasna, il me faut accomplir une tâche. Une dernière.»
Le porteur de désastre arracha la lame de la damnation du sol, la tenant face à lui, la pointe brandie vers le ciel, contemplant les nervures impies qui parcourent les veines éclatées de l’arme.
«Je pars pour un long voyage. Toi et les enfants, ne m’attendez pas. Je saurai vous retrouver en temps voulu.»
Le chevalier se retourna alors, s’éloignant de la tombe, un pas après l’autre, la démarche pesante.
«Dans ma folie, je nous ai séparé. Dans ma folie, je nous unirai de nouveau.. Il s’agit de mon dernier baroud d’honneur. »
La réalité se déchira de nouveau, ouvrant le passage au damné vers le royaume des Ombres, ouvrant le passage.. vers son destin.

Retour du royaume des morts :

Ainsi, c'est à minuit, ce premier jour du onzième mois de l'an trente-huit, que le chevalier fit son retour. Revenant des montagnes, semble-t-il, avant de traverser la Ferté d'Arom, jusqu'à la tour occupée par les mercenaires. Et ses premiers mots, adressés à l'un des couche-tard encore éveillé à cette heure furent : "Allez me chercher le capitaine Aldwyn. Immédiatement."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helios
Mercenaire
avatar

Messages : 666
Date d'inscription : 24/08/2013
Age : 22

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Jeu 1 Nov - 18:52

« Je ne fais que mentir. »

Ce matin-là, Helios contemplait son reflet dans l’eau trouble d’un seau, y trempant un doigt pour créer des remous. Son visage se tordait sous l’effet des ondes, s’assombrissait par la force des ombres. Elle était glaciale. Son regard glissa vers un masque posé sur le rebord de pierre, souriant. Il n’en porterait pas aujourd’hui. Sans raison apparente – il le préférait.
D’autres mercenaires ne tarderaient pas à le rejoindre au sortir des exercices matinaux, mais il s’était toujours arrangé pour faire sa toilette à l’abri. Il passa une main dans ses cheveux humides, poussa un long soupir, l’autre bras tendu vers le ciel.
Son torse nu parsemé de veines noires disgracieuses se gonflait au gré des hauteurs prises par sa voix : grave.
Terriblement grave.

« Je vais mourir. »

Que fais-je exactement ? Je prie, j’espère.
Il n'y avait rien de mieux à faire.
En offrant mon âme au néant, je l’y est perdue, noyée,
Je m’abandonne comme j’ai abandonné le cœur aux sévices de la création. Hélas !
J’ai peur de ce que l’esprit devient sans liberté d’être et paraître – une douleur me déchire le poitrail.
Ce chien de ventre crie. Il crie au Soleil, son erreur.
J’aurais aimé ne décevoir ni mes frères ni mes airs !
Que puis-je exactement ? Attendre.

J’attends qu’une voix s’efface.
J’attends que souffle un vent nouveau sur mon visage,
J’attends que l’œil torve des dieux cesse d’agiter mon monde.
J’attends que ces promesses d’infini muent sans enfler.
Je me suis perdu comme j’ai perdu ma vie, et pourtant
Je vois. Une brise légère caresse mes oreilles, en agite le gouvernail.
Elle me guide vers ce long tunnel où une lumière brille plus encore que le Soleil,
Ô déesse, opportunité ! Préserve-moi du malheur.


« D. Pardonne-moi. »

Il sortit l’esprit léger, son baluchon sur l’épaule. Balthazar l'attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gauvin Rondeau
Socio-traître
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 26/01/2015

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Ven 2 Nov - 20:34

Effacé. Rondeau avait passé ces dernières semaines à l'abri des vues et dans différentes gardes et petites missions délocalisés du reste de la compagnie.
Habituellement lecteur, il avait visiblement troqué ses recueils de poèmes contre des livres et autres écritures saintes. Le tout l'aidant mieux visiblement que la poésie à faire son deuil et de se retrouver philosophiquement dans ses épreuves difficiles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Logan Grant
Adjudant
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 22/01/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Sam 3 Nov - 22:17

C'est après avoir déposé sa démission auprès du capitaine et récupéré sa solde qu'Ylanah aura finalement quitté la Rétribution. Rassurant ses amis qu'elle reviendrait sans doute un jour prochain après s'être convenablement préparée à leur affrontement inévitable contre le Vide et Marvin.

Elle sera en particulier passée remercier Arliden pour ce que tout ce dernier avait pu faire pour elle et lui apporter au fil de ses années au sein de la compagnie. Elle aura également salué Augustus, lui priant de ne pas s'égarer et de continuer à faire de son mieux pour entraîner les mercenaires le voulant. Enfin, Vaelys sera la dernière personne qu'elle sera passée voir, se contentant de simplement remercier l'elfe de sang le plus sincèrement du monde avant de partir pour de bon avec ses affaires, le bâton du pèlerin perdu en faisant partie.

Elle aura également laissé à toute personne désireuse les moyens de la contacter.

_________________
Panic Intensifies:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Godefroy/Balthazar
Vétéran
avatar

Messages : 453
Date d'inscription : 25/12/2012

MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   Sam 10 Nov - 20:08

« Ressaisis-toi. » souffla-t-il, la mâchoire crispée.

L'arcaniste ne pouvait être que spectateur de la scène qui se jouait sous ses yeux. Il perdait peu à peu le contrôle de sa main, cette dernière s'agitant alors au rythme de tremblements aussi brefs qu'involontaires.
S'il s'acharnait à les faire cesser, à les étouffer dans le creux d'un poing ferme, sinon à les camoufler derrière un repli de sa robe, il lui était impossible de les prévoir à l'avance, ces épisodes spasmodiques se succédaient depuis maintenant quelques jours. Il en était conscient et ça l'inquiétait, craignant par-dessus tout un jugement hâtif de la part des autres mercenaires.

Son attention se porta tout naturellement sur Malenen, comme guidé par un besoin viscéral. Il l'appelait. Il le sentait. Il savait que le sceptre était en mesure de lui offrir ce qu'il recherchait, qu'il pouvait l'aider. Il le prit donc une nouvelle fois, juste avant de troquer la chaleur réconfortante de l'ancienne caserne pour le blizzard extérieur, s'en allant se réfugier dans ses songes, ça ne regardait que lui. Lui seul et personne d'autre.

Il appréciait ces moments de liberté, à errer sans réel but, sans réelle destination, le visage à moitié couvert par l'ombre de sa capuche, ses pas s'imprimaient dans la neige et les cristaux crissaient sous ses pieds. Dans le tumulte de ses pensées, un souvenir fugace aura suffi pour lui faire étirer un sourire du coin des lèvres, probablement teinté de regrets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rumeurs de la compagnie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rumeurs de la compagnie
Revenir en haut 
Page 28 sur 28Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28
 Sujets similaires
-
» [CDA] La grande compagnie de Kjarl Sang Farouche
» Nouveautés et rumeurs WF
» Compagnie Maritime Brigande
» Rumeurs pour les soeurs de batailles
» salaire et compagnie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rétribution :: Le campement :: Le feu de camp-
Sauter vers: