Rétribution

Guilde RP sur Kirin Tor - World of Warcraft
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Annales de la compagnie, volume II : Livre du Nord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arliden
Vétéran
avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 17/07/2015
Age : 22

MessageSujet: Annales de la compagnie, volume II : Livre du Nord   Sam 5 Sep - 14:06

Note :


Voilà quelques mois désormais que les présentes chroniques, avec le départ d'Anarya Brynt, n'étaient plus tenues et il m'a semblé que nous y perdions une tradition importante; les histoires, les récits du passé ont un impact que les gens ont tendance à ignorer. Ce n'est pas mon cas.
Comme le dit l'adage, une histoire est comme une noix : un sot la jugera sans intérêt et la jettera, un autre l'avalera toute entière et s'étouffera; mais l'homme sage saura en briser la coquille pour manger ce qui se trouve à l'intérieur.
Voici donc, en addition au Livre de Draenor, le présent volume destiné à retracer les péripéties de la compagnie dans le lointain Nord des Royaumes de l'Est, rédigé par votre serviteur, Arliden de la Moisson, mercenaire pour la Retribution.


A. de la Moisson

_________________
Le loup, en moi, est cette force fluante qui bondit déjà vers sa liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arliden
Vétéran
avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 17/07/2015
Age : 22

MessageSujet: Re: Annales de la compagnie, volume II : Livre du Nord   Lun 7 Sep - 17:36

Introduction


Voilà désormais plusieurs mois que nous avons rallié les terres disputées qui s'étendent au-delà du Viaduc de Thandol. Les prairies infinies des Hautes-Terres cachent de sombres promesses d'alliance entre Syndicat et Réprouvés, sur lesquelles nous nous efforçons de jeter une lumière nouvelle. Qu'il nous soit donné, à l'aide de la rétribution qui pave la route sous chacun de nos pas, de participer à l'espoir de libération des royaumes du Nord.

_________________
Le loup, en moi, est cette force fluante qui bondit déjà vers sa liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arliden
Vétéran
avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 17/07/2015
Age : 22

MessageSujet: Re: Annales de la compagnie, volume II : Livre du Nord   Lun 7 Sep - 17:45

Ombres


Si nous ignorons encore bien des choses à propos des Réprouvés auxquels nous avons affaire, nous connaissons en revanche nos ennemis du Syndicat, brutes et larrons à masque orange, guidés par cette mégère que nous avons nommé la Marâtre. Elle n'est autre qu'une sorcière des moissons dévoyée, un de ces druides -car tel est le nom que nous nous donnions, à Gilnéas- qui usent de leurs pouvoirs pour sciemment briser l'équilibre et apporter ruine et misère.
A l'image de sa nuée, tant messagers qu'espions, qu'elle manipule à son gré, et qui cause nombre de nos déboires.

C'est également par sa faute que nous avons perdu l'adjudant -Yebald Lozatski, personnage que je n'ai que peu côtoyé. Tout nos efforts tendent vers un même but : le retrouver, et le ramener sain et sauf. Car nous sommes, au-delà de la simple hiérarchie militaire et bien que peu d'entre nous le perçoivent consciemment ou soient prêts à l'admettre, une famille. Et une famille se doit de prendre soin de ses membres; ne doutez pas, vous qui lirez ces lignes après moi, que cela soit fait.

Une mission de reconnaissance diligemment menée par le Lieutenant nous a permis d'obtenir des informations cruciales. Nous avons vu la Marâtre échanger l'adjudant contre la promesse d'une récompense impie.
Désormais, bien que nous ignorions avec précision son destin et son avenir, l'adjudant est détenu dans un camp solidement gardé. Ils y sont une cinquantaine, nous a appris Isariel -grand mage aux airs lointains dont les capacités ne soulèvent plus de doutes.
Je frémis cependant en repensant à cette messe de l'Ombre Oubliée à laquelle nous avons assisté. A l'heure où ces lignes sont rédigées, le capitaine planifie et statue sur notre future stratégie.

Puissent les vents accorder à l'adjudant Yebald la force de résister à la folie qui l'entoure sans nul doute.

_________________
Le loup, en moi, est cette force fluante qui bondit déjà vers sa liberté.


Dernière édition par Arliden le Mar 25 Juil - 23:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arliden
Vétéran
avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 17/07/2015
Age : 22

MessageSujet: Re: Annales de la compagnie, volume II : Livre du Nord   Ven 13 Nov - 14:41

Assaut

Le Capitaine nous a rassemblés dans la cour du manoir.
Nous savions ce soir-là ce qui nous attendait et la tension disputait la suprématie à l'expectative.
Nous allions récupérer l'adjudant.
Le plan était relativement simple : le Lieutenant dirigeait un groupe important comportant la plupart de nos arcanistes pour lancer sur le camp Réprouvé une attaque frontale destinée à polariser sur elle les forces mort-vivantes et permettre à un second groupe, plus restreint, de s'infiltrer par le côté opposé.
C'est, dans les faits, ce qui s'est déroulé.
Le Capitaine menait lui-même l'assaut, ce qui en disait long.
Les griffons nous ont déposés à proximité du camp, profitant du couvert de la nuit pour rester invisibles. J'ai pour ma part continué à voler pour partir en éclaireur inspecter les lieux; bien que la vision nocturne des corbeaux laisse à désirer, il était évident que le camp était en grande partie désert. Du reste, les éclats de magie sur l'autre flanc étaient suffisamment explicites.
Seul l'hôtel de ville, où les prêtres semblaient s'être retranchés, et un grand baraquement à proximité étaient encore gardés; nous nous sommes dirigés vers ce dernier. Nous étions cependant trop nombreux (et peut-être trop négligents, habitués que nous étions aux voiles du Lieutenant) pour être réellement discrets : les gardes n'ont pas manqué de nous repérer.
Nous les avons chargés sans autre forme de procès.
Ils étaient en petit comité, et pourvus d'armures de bonne qualité, armés jusqu'aux dents (qu'ils n'avaient pas toujours). Le choc fut rude.

Et puis...
Les ombres.
Les prêtres s'étaient mis à l’œuvre. Les ombres se levèrent, prirent forme, fondirent sur nous.
On m'a demandé, encore, de prendre les airs - les anciens m'en soient témoins, cela ressemble trop à une fuite pour que j'apprécie le geste.
De là-haut, on pouvait échapper aux ombres. Car, lorsqu'elles s'animent et viennent pour moissonner les âmes, qui peut faire face ? Les réponses sont limitées, très limitées, et, grâces en soient rendues à la Lumière, nous avions un prêtre avec nous.
Vairo nous a permis de survivre à l'attaque. Nous avons repris courage et recommencé à espérer la victoire. La place était désormais à nous.

Entrer dans le bâtiment fut aisé : le mur a volé en éclats sous la puissance des explosifs. J'ose croire que cette entrée fracassante, plus théâtrale que nécessaire, a quelque peu déstabilisé les Réprouvés à l'intérieur. Ces derniers n'ont pas fait long feu; nous étions irrésistibles. Nous vengions les tourments de l'Adjudant, par anticipation.
J'ai pu saisir, au cours de la mêlée, profitant sans doute de l'ouïe qu'améliore la Bête, un nom qui a résonné longuement sans trouver d'écho autre que celui de son importance, indubitable : Dame Lozatski.
Il explique sans doute à lui seul pourquoi nous avons retrouvé Yebald Lozatski en vie et entier, somme toute, plutôt bien conservé. Il explique pourquoi, peut-être, la batterie de tests magiques qui lui furent soumis ne trouvèrent rien qui valut la peine d'être ici consigné; il explique enfin les réactions de l'homme a posteriori, la méfiance qui nous a un temps habités à son égard. Quant au qui, au comment, je vous laisse seuls juges de la valeur de la question. Et de la réponse.

_________________
Le loup, en moi, est cette force fluante qui bondit déjà vers sa liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arliden
Vétéran
avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 17/07/2015
Age : 22

MessageSujet: Re: Annales de la compagnie, volume II : Livre du Nord   Dim 27 Déc - 12:30

Bêtes rampantes

Les jours qui suivirent furent marqués par les préparatifs du départ; nous ne pouvions risquer les représailles des Réprouvés ainsi que de la Marâtre.
Alors nous sommes partis, en groupe espacés, d'abord vers le Nid de l'Aigle puis plein Est à travers les étendues boisées des Hinterlands. Je peux affirmer que la vue de tels paysages a fait du bien à nombre d'entre nous. C'était une région où nous aurions pu, si vous me passez l'expression, prendre racine.

Au Nid de l'Aigle nous avons installé nos tentes et pris contact avec le nain qui nous attendait. Il nous a expliqué la mission : rapporter la tête d'une trollesse, maîtresse d'araignées monstrueuses.
J'ignore beaucoup des cultures trolles, si ce n'est qu'il s'agit d'une civilisation ancienne et primitive; il vous faudra excuser les lacunes et les approximations qui seront certainement semées dans ces lignes.
Les trolls, contrairement à nous, connaissaient bien les lieux, les itinéraires et les planques nécessaires aux embuscades; ils disposent qui plus est d'un arsenal d'armes et de créatures contre lesquelles il est difficile de lutter.
Par exemple, des serpents.
La clé, lorsqu'on purge -magiquement- un organisme d'un poison, est la rapidité. Certaines toxines sont fulgurantes, et leurs dommages vite irréparables. D'autres mettent davantage de temps à toucher les organes vitaux. C'est une course contre la mort dont on ne ressort pas toujours intact.
La magie, heureusement, est d'une grande utilité face à ces créatures sournoises, de même que les fines lames de Sylvess ou Chantesang qui en ont tranché un nombre conséquent.

Le chemin s'est poursuivi, jalonné de tels embuscades. Jusqu'à ce qu'un soir, nous parvenions jusqu'à leur camp.
Ils habitaient dans des ruines, et semblaient accomplir une sorte de rituel; nous avons, bien sûr, cherché à l'interrompre, ce qui ne fut pas très heureux et provoqua le corps-à-corps, au cours duquel nous avons pu éliminer plusieurs trolls, au prix de quelques empoisonnements causés par les araignées.
Enrayer leur progression ne fut pas aisé, et plusieurs mercenaires furent atteint d'une légère et éphémère paralysie.
Tant de bruits et de morts ont fait apparaître notre cible; ses pouvoirs importants n'ont pas fait le poids face à notre supériorité numérique. Sa tête a donc pu aller ronger de ses sucs le fond de la besace de Nohir.
Une fois la transaction tête-pièces d'or effectuée, nous avons repris la route vers la mer lointaine. Nous ne craignions plus les trolls, mais les Réprouvés, dont les moyens conséquents leur permettaient de nous rattraper. Petit à petit.

_________________
Le loup, en moi, est cette force fluante qui bondit déjà vers sa liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arliden
Vétéran
avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 17/07/2015
Age : 22

MessageSujet: Re: Annales de la compagnie, volume II : Livre du Nord   Jeu 7 Jan - 23:31

Fuite et fin

Nous avons pu séjourner au Gîte de Quel'danil, dont les haut-elfes nous accueillirent froidement, et où Isroc Greyford nous quitta. L'histoire retiendra, loin des disputes avec la hiérarchie, que la compagnie ne lui convenait pas. Cela est, en un sens, compréhensible. Nous ne sommes pas n'importe quelle compagnie mercenaire, nous sommes la Rétribution, et notre réputation nous précède. Nous sommes féroces, brutaux souvent, obstinés et opiniâtres; nous sommes, au-delà d'un uniforme commun, sous notre bannière blanche -choix hardi- une famille, une fraternité peut-être parfois excluante, mais bien réelle.
S'il était bourru, voire borné, Isroc s'était révélé un combattant précieux. Même s'il appréciait me houspiller -je suis un bien piètre guerrier- et me poser toute sorte de questions, pas toujours pertinentes, sur mon art, je ne peux le laisser partir sans mention dans les présentes annales, et j'assure qu'il ne sera ainsi pas oublié malgré la brièveté de sa présence parmi nous.

La mer donc, nous appelait et nous tendait les bras, maternelle malgré la distance, malgré les tempêtes; la falaise qui nous séparait de la grève nous renvoyait nos regards alors que nous estimions sa hauteur.
Je me suis envolé à la demande du Lieutenant, longeant la falaise en éclaireur; l'unique passage à proximité était une ancienne route trolle qui serpentait entre les rocs, surplombé de ruines. C'est au niveau de celles-ci que j'ai capté un éclat, si bref que j'ai cru avoir halluciné, mais le piège était si lisible, si évident ainsi pointé du doigt que j'en ai tout de même informé les autres.
La stratégie décidée revenait, en substance, à forcer le passage en déstabilisant les embusqués à l'aide de sorts. Les historiens scrupuleux débattront longtemps de l'efficacité d'une telle tactique.
Ils nous ont encerclés. Ils étaient venus en nombre, et leurs arbalétriers nous toisaient depuis les murs, véritable peloton d'exécution prêt à faire feu. Ce fut alors l'heure d'une danse pour les mercenaires ciblés par les coups de semonce. Mais cela ne faisait que retarder l'inévitable. Nous n'avions plus d'échappatoire. Mais nous refusions de leur remettre l'Adjudant; nous étions décidés à nous battre.
Jusqu'à la fin.

Mais cette fin ne fut pas celle à laquelle nous nous attendions. Des ombres ont surgi tout autour de la scène. Des agents du Capitaine. Sacrifiés pour nous sauver, nous. Nous n'avons guère hésité à nous élancer vers la mer, fuyant sans regrets, sans regards vers l'arrière, vers les navires au loin. Vers le salut.

_________________
Le loup, en moi, est cette force fluante qui bondit déjà vers sa liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arliden
Vétéran
avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 17/07/2015
Age : 22

MessageSujet: Re: Annales de la compagnie, volume II : Livre du Nord   Jeu 7 Jan - 23:36

L'histoire retiendra de cette étrange campagne la succession asymétrique d'attaques et de retraites, d'embuscades données et subies, d'enlèvements et de sauvetages qui ont rythmé des jours durant notre quotidien. Elle retiendra encore que le fin mot reste celé dans l'esprit de quelques-uns qui garderont le silence car il est bien irrespectueux de dire du mal de sa famille.
Elle se souviendra tout autant de notre prudence volatile et rarement judicieuse; ou trop exacerbée pour nous permettre d'obtenir les informations demandées, ou trop inexistante quand il s'agissait de regarder où nous mettions les pieds.
Mais elle inscrira sur ses pages grêlées notre détermination à n'abandonner aucun des nôtres derrière nous, notre fraternité boudeuse, difforme, peinant à s'assumer, nos plaies personnelles ou partagées dont nous portions les cicatrices avec la fierté de ceux qui peuvent affirmer avoir vécu.
L'histoire retiendra enfin que la campagne s'est soldée d'un bref séjour à Hurlevent, qui s'achève à la réception d'une missive venu d'un Nord encore plus lointain.

Adieu et bonjour, comme toujours.

_________________
Le loup, en moi, est cette force fluante qui bondit déjà vers sa liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Annales de la compagnie, volume II : Livre du Nord   

Revenir en haut Aller en bas
 
Annales de la compagnie, volume II : Livre du Nord
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gribouilles
» Les Annales de la Compagnie Noire
» Compagnie blindée
» La Compagnie Zéro Vous invite!!!
» recherche grand livre de la peinture sur figurines volume 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rétribution :: Le campement :: Le feu de camp :: Annales de la compagnie-
Sauter vers: