Rétribution

Guilde RP sur Kirin Tor - World of Warcraft
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Recueil, guerre et paix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Assast
Capitaine
avatar

Messages : 1942
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 23

MessageSujet: Recueil, guerre et paix   Lun 29 Aoû - 22:03

HRP : Ceci est un recueil des textes de guilde sur KTRP que j'ai effacé là bas. Rien de bien folichon mais je ne voulais pas tout perdre. La qualité de mon écriture s'en ressent, bien sûr.


I : 15/02/32

Les cris des agonisants retentissaient dans le lacis, des cadavres jonchaient le sol, des caisses renversées et un énorme kodo visiblement plus ce ce monde complétaient le tableau macabre.
Assast arracha son poignard de la gorge d'un orc, beaucoup des siens étaient blessés, plusieurs même évacués sur fort triomphe, confiés au bons soins des assermentés, mais le résultat était là, des caisses de vivres, des armes, et surtout de l'or, de quoi motiver les troupes pour un bon moment. Il hurla l'ordre de fouiller la caravane aux mercenaires encore debout, et s'empressa également de le faire.
Pourquoi faisait-il ça déja? L'argent? Non, il n'en avait pas besoin.
La rédemption alors? Qui sait, est-ce que la rédemption s'acquiert en massacrant?
Alors qu'il réfléchissait, un cri étouffé sorti des décombres de la caravane, il poussa du pied une planche, et découvrit une Sin'dorei, bien amochée mais en vie, une roue lui bloquait la jambe et elle hurlait des insanités qu'il peinait à comprendre, sa connaissance de la langue que faible.
Il ne pût s'empêcher de sourire, voilà qui allait permettre d'obtenir des informations supplémentaires, il se pencha sur elle et lui ligota les mains avec ce qu'il trouva, et en la relevant brusquement, il lui dit dans un thalassien hésitant "Toi ma jolie, tu vas m'suivre, j'crois qu'on a à discuter."

C'était la guerre, et la guerre exclue les sentiments et les scrupules, la rétribution ne s'acquiert pas finalement, elle se gagne d'une façon particulièrement ironique, par les armes.

II : 22/02/32

"Système de guidage? Ok !
Canon? Ok !
Rétro-fusées? Ok!
Alors c'est parti, on va dézinguer cette bande de raclures!"
L'enthousiasme du gnome faisait presque plaisir, sa façon de prendre les choses était plaisante, mais difficile à appliquer à tous.
Assast grimpât à l'arrière de la machine du gnome, sur un siège de fortune installé le jour même, l'odeur du carburant lui assaillait déja le nez et le bruit des hélices empêchait tout dialogue construit.
La machine s'ébranla lourdement, ronronnant comme un kodo enroué, elle s'éleva dans le ciel et le sol qui s'éloignait donnait une légère impression vertige.
Le gnome se saisit du communicateur et hurla de sa petite voie fluette "EQUIPE AU SOL! ON DECOLLE! INDIQUEZ LES CIBLES!"
Un grognement semblable à celui d'un loup fût la réponse qui parvint de l'appareil.
"Par ici" indiqua Assast, désignant un campement de la horde au sol, solidement gardé. On pouvait voir d'ici le petit groupe de mercenaires s'avancer doucement afin de poser les lanceurs de fusées.
Soudain un hurlement rauque parvint de derrière la machine, un orc monté sur une énorme créature s'approchait rapidement, trop rapidement...
"Accélère! WYVERNE!" furent les dernières paroles audibles, puis cachée par le son des explosions et des tirs des armes du gyrocoptère.

III : 04/03/32

Les feux de camps brûlaient presque joyeusement, et des hommes portant le tabard de la compagnie discutaient autours, visiblement heureux de pouvoir se reposer un peu.
Les mercenaires s'étaient en effet déplacés au fort de Guet du nord, nouvellement repris par L'Alliance, suite à l'attaque du camp Taurajo par la horde, et à la destruction d'un bâtiment.
La sécurité d'un fort donnait aux combattants un sentiment de sécurité nouveau, et beaucoup semblaient plus guillerets et épanouis depuis l'arrivé. Les équipements étaient réparés, les tentes furent montées et des gardes assignés.
Assis en haut d'une des tours, une carte sur les genous, Assast restait cependant pensif.
L'attaque d'hier avait été féroce, et il avait découvert avec stupeur la brutalité de la horde.
"Le serment au nord, les elfes dans la forêt, trois positions défendus par des forces importantes, sans compter les armées de Theramore."
Mais l'ennemis était puissant, et ses effectifs avaient besoin d'être renfloués rapidement, il fallait songer à trouver de nouvelles recrues, et vite.

IV : 20/03/32

"RASSEMBLEMENT BANDE DE TARLOUZES!"
Les hommes et femmes en armures disparates affluaient de part et d'autre de guet du nord, armés ou pas, parfois réveillés en sursaut ou pris dans une activité intense.
La quarantaine de mercenaires se mirent en ligne devant les officiers, échangeant des traits d'humours plus ou moins grossiers.
Assast fixa la ligne, les bras croisés, pensif, pendant que son premier officier, Eldared Farrel, ingénieur gnome de son état, donnait ordre de la fermer de sa petite voie fluette.
"Bien, nous avons reçu les ordres du haut-commandement, ceux-ci sont clairs, porter assistance à toute organisation de l'alliance dans le besoin, et ce jusqu'à réaffectation de la compagnie, aussi, je demande à tous d'être prêts en permanence, sur le pied de guerre et armés.
Il est temps de bouger vos fesses, on a du pain sur la planche. La rédemption par les armes camarades!"
Un jeune homme au visage crasseux, portant de grosses lunettes d'ingénieur ne pût s'empêcher de lancer un explosif dans le ciel, provoquant le grondement de la ligne.
La petit troupe se dispersa alors, et chacun retourna vaquer.

V : 01/04/32

Les tarides étaient emplis d'une nuit d'encre, et seuls les feux du campement permettaient d'y voir quelque chose.
Deux soldats en armures lourdes, portant le tabard de Theramore montaient la garde, bavardant autours d'un feu faiblissant.
"T'as vu les gars qu'sont arrivés tout à l'heure Bert? De drôles de zigotos"
Le second hocha la tête.
"Des mercenaires qu'on m'a dit. Z'arrivent de guet du nord pour soutenir les troupes ici et aider à progresser vers Orrneval"
"Pouah tu parle! Mercenaires hein? Encore une bande de raclures qui s'prennent pour  des héros, et fuient devant le danger. Ces pleutres ne voient que l'attrait de l'argent promis par les gradés..."
"Pourtant... parait qu'ils sont efficaces, 'fin c'est ce que m'a dit un gars qui venait de guet du nord."
Le garde qui venait de parler posa sa lame sur un genou et commença à la nettoyer avec attention.
"L'avenir le dira, quoi que de tels alliés ne valent à mon sens pas la peine..."
La lumière perçait, l'aube arrivait lentement.

VI : 16/04/32

Krom'gar n'était plus rien qu'un tas de débris fumant d'ou émanait une odeur de cadavres brûlés. Le sang maculait encore les pierres.
Après les troupes de l'alliance conjointe, les explosifs avaient eu raison de la forteresse. Partout pourtant, encore, résonnait le bruit des armes. On se battait au nord, dans les plaines, dans les combes, la horde ne cédait rien, pas un pouce de terrain, déterminée.
Le soir même, la veille de l'offensive qui devait donner la victoire, le bastion des Cisailles était en effervescence, devant l'afflue de blessés et les préparatif. Ici, un mercenaire rechargeait son fusil avec patience, le visage noir et sale, là, des kaldoreis priaient, assemblés autours du puit de lune, et plus loin, des soldats aiguisaient leurs lames.
Tout le monde savait que le lendemain serait déterminant pour les mois à venir.

-----------------------------------------

"Mercenaires! On se rassemble!"
Le champs de bataille était couvert de corps, d'armes, et partout on entendait les cris de douleur des blessés et les croassements rauques des corbeaux qui venaient prendre leurs dût.
Pourtant des hurlements de joie se répandaient.. "Victoire".
L'alliance avait gagnée, forçant la horde à fuir, les serres rocheuses étaient à eux.

Krom'gar n'était plus rien qu'un tas de débris fumant d'ou émanait une odeur de cadavres brûlés. Le sang maculait encore les pierres.
Après les troupes de l'alliance conjointe, les explosifs avaient eu raison de la forteresse. Partout pourtant, encore, résonnait le bruit des armes. On se battait au nord, dans les plaines, dans les combes, la horde ne cédait rien, pas un pouce de terrain, déterminée.
Le soir même, la veille de l'offensive qui devait donner la victoire, le bastion des Cisailles était en effervescence, devant l'afflue de blessés et les préparatif. Ici, un mercenaire rechargeait son fusil avec patience, le visage noir et sale, là, des kaldoreis priaient, assemblés autours du puit de lune, et plus loin, des soldats aiguisaient leurs lames.
Tout le monde savait que le lendemain serait déterminant pour les mois à venir.

-----------------------------------------

"Mercenaires! On se rassemble!"
Le champs de bataille était couvert de corps, d'armes, et partout on entendait les cris de douleur des blessés et les croassements rauques des corbeaux qui venaient prendre leurs dût.
Pourtant des hurlements de joie se répandaient.. "Victoire".
L'alliance avait gagnée, forçant la horde à fuir, les serres rocheuses étaient à eux.

VII : 12/05/32

La pluie battait aux carreaux de l'auberge du mouton noir de Hurlevent, assise à une table, seule, semblant éviter l'agitation, une femme en armure de maille semblait absorbée dans une pile de paperasses obscure. Une Claymore était posée contre le coin de la table, et une choppe à demi emplie de rhum y trônait. En se penchant, on pouvait distinguer un tabard blanc, frappé du symbole de la Rétribution.
Les minutes passaient, et finalement, la femme leva les yeux de ses papiers, et observa la salle enfumée, elle se leva, monta sur sa chaise, et pris la parole, d'une voie forte, sans peur aucune. Aussitôt, les yeux se tournèrent vers elle.
"Citoyens de Hurlevent, je m'adresse à vous au nom de la compagnie que je représente. J'offre un travail grassement payé à tout ceux, quelque soit leurs professions, qui nous rejoindrons en Kalimdor pour se battre contre la horde, sous d'autres bannières que celle de l'armée régulière. La richesse et l'aventure attendent les candidats, et rejoignez la Rétribution!"
Elle contemplât finalement ces visages, un sourire satisfait sur ses lèvres.

VIII : 12/11/32

Il y a nombre d'épisodes que nous n'avons pas mentionnés, nombre de nouvelles terrifiantes qui n'ont pas été cités. Mais la peur se manifeste sous toutes les formes n'est ce pas?
Loin des marécages, en Norfendre, dans les goulets des murmures, une force sombre se manifesta il y a peu. Plongeant dans le gouffre avec une poignée de sujets corrompu, l'apparition s'empara d'une grotte, et s'employa à y bâtir son royaume.
Les quelques personnes qui s'y aventurèrent ne revinrent pas, et on dit entendre dans ces goulets les chuchotements des fous apeurés qui cherchent ne vain la sortie.
Dans la grotte et par delà, d'obscures salles façonnées il y a une éternité par les serviteurs des très anciens.
Mais même la terreur peut-être vaincu, et quand des hommes et femmes déterminés se mirent en chemin pour abattre la force, ils avaient avec eu la force de leurs convictions.
Bien que cette conviction vacilla en affrontant les horreurs que contenaient les salles, ils tinrent bon, et se retrouvèrent bientôt devant la force, l'ombre, le grand rêveur comme il aimait à se désigner.
Cependant, son arrogance et sa puissance prirent bien fin ce soir là.
Les mercenaires ce soir là, affrontèrent la peur elle même, et la battirent.
Mais la peur existe toujours dans le coeur des hommes.
Alors en Norfendre quand le soleil décline sur le goulet des murmures, on peut parfois entendre les gémissements des horreurs agonisantes à jamais.

IX : 31/05/33

Les insectes et les créatures des marais se mêlaient au clapotis de l'eau et à la moiteur intenable qui envahissaient ces lieux.
Au beau milieu de cet enfer de végétation, à travers les ombres furtives et les monstres impitoyables, il devenait plus régulier de croiser des hommes en armure, portant la dague noire sur fond blanc des mercenaires de Retribution. Les marais des chagrins, un lieu de repos plutôt étrange, là ou le moindre écart du sentier pouvait vous perdre pour toujours. Et pourtant, la troupe était bien là, et le fort de l'estran était ponctué par plus d'animations que d'habitude, des cris, des rires, mais aussi les cliquetis des lames et des armures.
Plus à l'ouest, à Hurlevent, la capitale, les recruteurs mercenaires se faisaient plus nombreux, et les officiers arpentaient les rues à la recherche de courageuses personnes, ou de psychopathes meurtriers, pour rendre à l'ordre les forces qu'il avait eu par le passé.
Travail difficile, d'autant que les bruits courraient d'un possible schisme au sein de cette compagnie. Mais cela n'était pas visible, pas encore et seuls les effectifs amoindris pouvaient rebuter les fous en quête d'aventure, de baston et d'alcool fort.

X : 03/12/33

"Reformez la ligne!" rugit un imposant non-mort monté sur un destrier pâle et squelettique.
Tout autours de lui claquaient les coups de feux, tonnaient les explosions, vibrait l'acier.
"Ne vous laissez pas disperser, reprenez la form-..." Une gerbe de feu vint couper court à sa phrase, son corps disloqué s'envola dans le ciel noir pour aller s'écraser un peu plus loin, inerte.
Les derniers troupiers de la dame noire se battaient avec férocité, malgré la surprise de l'assaut qu'ils enduraient. Un peu avant dans la soirée, la caravane qu'ils escortaient avait subit une attaque particulièrement violente et soudaine de la part d'humains aux tabards blancs, inconnus. Des tirs rapides avaient mis en pièce une large partie des forces non-mortes, et seuls quelques groupes éparses continuaient d'affronter les vivants. La masse imposante de l'abomination se traînait au sol, semant bon nombre de tripes et de chair putréfiée sur son passage, la défaite des réprouvés semblait inévitable. Mais ils continueraient à se battre, plutôt la mort que l'échec.

"Roger, ici unité volante 3, parés"
Juché sur la colline face à la bataille, un homme en armure de cuir noire se saisit de son communicateur d'aspect usé et vétuste.
"Autorisation d'ouvrir le feu, brûlez moi ces saloperies, nos gars ont dégagés la zone"
"Reçu, que la fête commence"
Quelques instants plus tard, ce qu'il restait de la force de la dame noire gisait au sol, brûlée, en pièces.
"Beau travail unité 3, on rentre à la base"
L'inconnu pris un instant pour savourer la victoire, et tourna les talons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://retribution.forum-pro.fr
 
Recueil, guerre et paix
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour sur le film TV « Guerre et paix »
» Guerre et paix
» Gagner la guerre (Jean-Philippe Jaworski)
» Chariot de guerre
» WAB Guerre de 100 ans, Règles spéciales et listes d'armées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rétribution :: Le campement :: Le feu de camp :: Histoires-
Sauter vers: