Rétribution

Guilde RP sur Kirin Tor - World of Warcraft
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'étrange destin du maraudeur

Aller en bas 
AuteurMessage
Marvin Shelton
Adversaire
avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 23/08/2016

MessageSujet: L'étrange destin du maraudeur   Sam 20 Oct - 15:24

Citation :
- Pas d'autres issues, hein.. Ca prouve qu'il me connaît.

Le mercenaire parlait, seul, nerveux. La caverne dans laquelle il se trouvait était de taille moyenne, glaciale et complètement vide. Il venait de vérifier les accès et le seul trouvable était celui qui lui avait permis d'entrer.
Quelque chose en lui savait que venir ici n'était pas une bonne idée, mais il n'avait pas su résister. Un mélange de curiosité et de confiance envers celui qui l'avait convoqué réussissaient à faire plier sa prudence habituelle.

Il était en avance, volontairement, aussi passa-t-il un certain temps à dissimuler quelques armes dans des recoins de la cavité glaciale, juste au cas ou. Il avait retiré son tabard avant d'entrer, il y a une heure, ou deux. Peut-être trois en fait. L'endroit était si calme qu'il en paraissait comme coupé du monde extérieur, s'il passait trop de temps à l'intérieur il risquait de perdre peu à peu la notion du temps.

Finalement, des bruits de pas en provenance de l'entrée. Un individu en armure, lourde. En un instant, Hanssen avait une hache dans sa meilleure main de lancer, et un surin dans l'autre, guettant l'arrivée du visiteur.

Son ancien Lieutenant avait changé. Son armure n'était plus la même, remplacée par des plaques sombres aux nuances violettes. Une lueur violâtre s'échappait également de son regard, et sa peau semblait plus pâle. Néanmoins sa démarche était assez naturelle, semblable à celle qu'il lui connaissait. Marvin Shelton n'avait au final pas l'air si terriblement différent, ni déformé, ni maladivement pâle ou défiguré.
Mais surtout Providence n'était visible nul part. Il était venu ici sans armes. Un petit sourire passa sur son visage alors qu'il vit la posture de Thomas.

- Merde..., laissa échapper le mercenaire, ne baissant toutefois par les armes à la vue de son ancien supérieur.

- Finalement tu es venu. Et en avance. Tu as décidé de ne vraiment jamais me décevoir, pas vrai ? Lui lança Shelton, simplement.

- C'est parce que je suis le roi des parano que je suis toujours en vie. Et rien que de répondre à cette demande, j'enfreins beaucoup de mes règles de base, ajouta-t-il finalement, tout en baissant sa hache, sans toute fois laisser le surin lui échapper. Mais je voulais voir ce que tu étais devenu.

- Et moi donc. L'ambiance a du devenir merveilleuse depuis ma disparition, hm ?

- Tout le monde tire la gueule mais ça commence à passer. Grâce à toi on va se retrouver avec Logan aux commandes secondé par une elfe. Merci. Malgré son ton nonchalant, il était crispé sur ses armes. Son sixième sens lui hurlait le danger, mais il ne faisait pas mine de bouger. Quelque chose le retenait, en lui.

- Tu es tendu. Je ne suis pas venu pour te tuer, pourtant. Tu serais déjà mort sinon. Je suis venu pour discuter, bêtement., L'Élu l'observait en détail, s'exprimant sur un ton ne trahissant ni peur ni doute pour sa part, d'un calme parfait. Je me suis douté que les choses ne seraient pas toute roses pour toi après mon départ. Je m'inquiétais un peu.

- Je place toujours mes pions, mais sans toi...Je le reconnais. J'ai perdu un homme important et un ami, il était surpris par sa propre sincérité, et son intonation en était le reflet. Mais après tout, pourquoi mentir maintenant ? Un homme en qui j'avais confiance. Ca commence à faire beaucoup, avec Emerline.

- Tout le monde te déteste dans cette compagnie Hanssen. Je suis bien placé pour le savoir, j'étais l'officier qui passait son temps à te défendre aux réunions.

Hanssen replaça sa hache à sa ceinture avant de croiser les bras en observant son ancien Lieutenant. Néanmoins les deux hommes savaient parfaitement qu'il avait encore accès à ses surins aisément.

- La majorité n'attend qu'un prétexte que tu irais leur filer pour te virer, ou pire. Et je suis plus là pour les dissuader., il marqua un temps avant de poursuivre, encore. Je suis même prêt à parier que certains n'hésiteraient pas à te faire éliminer discrètement s'ils en avaient l'occasion. Ceux qui te doivent des choses, au hasard.

Je le sais bien. Bien sûr qu'ils le veulent. Ce seront ni les premiers ni les derniers. Il se permit un haussement d'épaules. Mais la paye est bonne et l'amitié n'a jamais été une de mes priorités.

La paye hm ? Et c'est quoi ton objectif derrière ? Te saigner pour un capitaine qui te méprise pendant encore quelques années, jusqu'à finir avec un couteau dans le dos, ou jeté comme un chien ? Le ton était monté très, très légèrement. Avant que finalement il ne reprenne plus bas. Tu vaux mieux que ça, Thomas.

Le mercenaire, lui, s'autorisa à ricanement.

- Je vais te décevoir, Marvin mais je n'aspire pas à plus que ça, je me suis déjà mis un bon pécule de coté et je vais continuer de saigner ce Capitaine sans me mettre en danger. Comme toujours

Il décroisa ses bras un instant, avant de les recroiser dans l'autre sens, toujours nerveux bien qu'un peu moins.

- Mais si je suis venu là, ce n'est pas pour entendre des vérités que je connais déjà. Je suis sûr que tu as autres chose en tête.

L'ex-officier marqua un temps, avant de reprendre sur un ton plus sérieux.

- Je suis surtout ici pour t'offir une porte de sortie oui. Tu n'auras pas quarante occasions de t'arracher à cette destinée qui, au final, te laissera juste à vieillir et devenir tout décrépit avec ton or. Tu finiras soit mort, soit vieux et faible... soit tu peux envisager de m'écouter et accéder à davantage que ça.

Hanssen laissa échapper une fugace grimace alors que Marvin évoquait la vieillesse et la mort inéluctable.

- Là on commence à discuter. Tu me connais trop bien et je pars déjà perdant sur ce terrain. Tu connais ce qui me fait vraiment peur.

- On passe pas autant de temps à vivre et se battre avec quelqu'un sans apprendre à le connaître un minimum., lui répondit-il en lui adressant un sourire qui lui paru étrangement.. triste, l'espace d'une seconde.

-Je ne sais pas ce que je gagne et je ne sais pas ce que je perd.
se contenta-t-il de reprendre en observant toujours le corrompu.

- Je vais jouer franc jeu avec toi, Thomas. Plus que je devrais, même, sans doute.

Et l'ancien mercenaire se mit à marcher, lentement, tout en parlant. Il lui laissait un accès libre à la sortie, visiblement confiant.

- J'ai suivi des principes toute ma vie. Je me suis retrouvé catapulté à une place dont je voulais pas. J'ai fais avec pour vous, et parce que je croyais fermement en la Lumière.

A nouveau, un bref silence, avant qu'il ne reprenne.

- Mais la Lumière m'a complètement abandonné. Au pire moment elle m'a laissé tombé. Elle m'a abandonné aux pires ténèbres, à tout ce que je détestais avant. Il lança un regard vers Thomas avant de continuer. C'est terrible de réaliser que tout ce en quoi on croit n'est rien d'autre que du vent. La Lumière, l'honneur, la justice... Où était la Lumière et la justice quand le vide m'a happé, hm ?

Cette fois il s'approchait de lui, toujours lentement, tout en poursuivant. Son ton reflétait une amertume certaine, visiblement il se sentait véritablement trahit. Ou bien il simulait très bien.

- : Où était la Lumière quand un réprouvé a tué Emerline d'un claquement de doigt ? Où était la justice là dedans ? L'honneur ? Un nouveau bref temps. Avant qu'il ne s'éloigne, lui tournant le dos une seconde tout en continuant. Rien, nul part. Du vent. Des conneries qu'on se sort pour se donner l'impression que tout a un sens. Qu'on a une place, quelque part.

Il se tourna à nouveau vers son ancien subalterne, finalement.

Et tu le sais, au fond, toi, que tout ça c'est des conneries. Hm ? Tu le sais mieux que moi, même, encore maintenant.

Il marqua un nouveau temps. Thomas tremblait, légèrement. Et il reprit.

- Maintenant je sers une puissance qui sait tout ça. Qui voit le monde tel qu'il est, la nature de l'humain et du vivant avec toute sa noirceur, son manque de sens, sa futilité. Je te promet aucune gloire, aucune richesse, Thomas. Tu seras vu comme un traître par tous les autres, comme la pire des enflures. Tu perdras tout, tu seras un paria, comme moi. Et tu devras obéïr.

Il croisa les bras en l'observant, avant de terminer.

- Mais je te promet l'immortalité, une puissance qui dépasse ton imagination. Et je t'assure que servir un Dieu tel que le mien n'a rien d'encombrant si l'on a l'éthique adaptée. Tu peux poursuivre ta vie mortelle jusqu'à dépérir et pourrir. Ou accepter mon offre, et passer l'éternité avec moi à vivre, corrompre et prendre des vies. Que ce soit des hommes, des elfes, des orcs, qu'importe. : Au final, ce sera le même genre de travail. Simplement pour un maître qui ne paie pas de la même manière. Et un contrat qui s'étend.. à tout jamais.

Et finalement l'ancien Lieutenant termina son discours. Thomas, lui décroisa les bras, il tremblait presque comme une feuille cette fois, toute nonchalance dans sa voix disparue lorsqu'il reprit la parole après un moment.

- A quoi bon vivre avec une richesse si tu dois forcément mourir...A quoi bon vivre comme un parangon d'honneur si à la moindre erreur on t'oublie...A quoi bon toutes ces conneries. Il lâcha un soupir un brin saccadé par son souffle moins régulier. C'est marrant...Callix m'avait dit que j'aurais à faire un choix qui changerais tout et voilà que je tremble. Dire que je me suis moqué d'elle.

- Le destin est parfois étonnant hm ? J'en sais quelque chose, crois-moi.

La voix de son ancien supérieur était presque compatissante, mais il ne l'écoutait que d'une oreille, en proie à des réflexions intenses. Et pas franchement agréables.

- Tu sais qu'on m'a offert un cadeau aprés ta mo...Ta disparition...Deux même.

la remarque sembla surprendre son interlocuteur, qui n'ajouta rien, le laissant poursuivre.

- Je crois que j'ai jamais était pris au dépourvu comme ça... On m'a rien demandé en échange...Juste pour me faire du bien, je pense.

-Callix, j'imagine, hm ?

Hanssen haussa une épaule, se calmant peu à peu, il attrapa quelque chose à sa ceinture, une paire de lunettes de voyage. Rien d'extraordinaire.

- Callix et Kurt.

- Et elle a du en offrir à absolument tout le monde, j'imagine aussi. C'est son genre.

Alors que Marvin finissait sa phrase, Hanssen laissa tomber les lunettes au sol tout en regardant le Lieutenant droit dans les yeux.

- Si tu peux m'offrir une vie sans fin... J'accepte.

Et il alla pulvériser les lunettes contre le sol d'un coup de botte nerveux.

- Tu étais déjà difficile à tuer avant. Je te laisse imaginer ensuite, Thomas. Tu pourras encore être tué, si quelqu'un arrive à te vaincre. Mais le temps n'aura plus aucun effet sur toi.

- C'est tout ce qui m'importe. Le reste je m'en fous.

- Alors approche.

Et Shelton tendit sa main vers lui finalement, la droite. Le mercenaire remarqua que le cristal des cieux tatoué sur la paume de sa dextre brillait d'une lumière surnaturelle désormais. Sombre.
Hanssen prit une grande inspiration, comme si un dernier doute l'avait retenu. Mais c'est un sourire qui s'afficha sur son visage alors qu'il faisait les quelques pas pour rejoindre Marvin.

- Tu étais ce qui se rapprochait le plus d'un ami.

Et l'Élu vint lui plaquer la main tatouée sur le front. Doucement, mais fermement. Immédiatement, une puissance phénoménale à l'échelle de ce à quoi le mercenaire était habitué vint s'infiltrer en lui. L'énergie corruptrice du Vide s'infiltrait en lui, physiquement comme psychiquement. Son esprit demeurait présent, mais secoué par l'intrusion, perturbé et pourtant renforcé. Sa volonté en revanche se vit immédiatement soumise à quelque chose de bien plus grand que lui.
A la fin du processus, Thomas Hanssen, tout comme Marvin Shelton, était encore là. Mais si sa personnalité demeurait, les penchants les plus sombres en étaient exacerbés par la sombre influence. Et sa volonté écrasée par une vérité unique et absolue : désormais il servait N'Zoth, et son ancien Lieutenant par extension.
Pour le reste, il se sentait également plus fort. Ce n'était qu'un infime fragment de ce qui animait l'Élu devant lui, mais cela restait notable. Toute forme de doute et de peur s'était également éteinte dans son esprit, remplacée par une foi ferme en son nouveau Dieu et en sa puissance.

- Je... Parfait Lieutenant. C'est parfait.

Shelton retira finalement la main du front de son nouveau laquais, avant de faire volte-face sur une dernière phrase.

- Ce sera un plaisir de travailler avec toi à nouveau, Thomas. Maintenant il nous faut partir. Le Maître a bien des tâches à me confier, et j'aurais besoin de toi pour éliminer les désagrément.

Ainsi périt Thomas Hanssen le mercenaire, une semaine après son Lieutenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'étrange destin du maraudeur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fan-Fiction] Le destin des mondes parallèles
» Un destin funeste
» Le Destin de Lisa
» les pierres du destin.
» les pierres du destin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rétribution :: Le campement :: Le feu de camp :: Histoires-
Sauter vers: