Rétribution

La rédemption ou la mort!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quel'dorei sur le front

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Findol
Lieutenant
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 24/08/2013
Age : 21

MessageSujet: Quel'dorei sur le front   Dim 15 Sep - 1:26

"Tal'Ishnu (mon frère), il faut faire face, Banthalos (combattre), nous ne pourrons pas fuir plus longtemps !
- Impossible, il fait au moins trois fois notre taille, il nous balayerait tels des fétus de paille. Il nous faut attendre l'arrivée du reste du régiment."

Au nord du Royaume de l'Est, la Troisième Guerre faisait rage. Lordaeron sombrait et les quelques hauts-elfes qui n'avaient pas suivi leur Prince, Kael'thas Haut-soleil, combattaient aux côtés de l'alliance, faisant alors face aux hordes mortes-vivantes.
Deux de leurs représentants subsistaient dans un petit régiment à moitié décimé. Le rôle d'éclaireur leur avait été confié arbitrairement et désormais, une abomination du fléau les poursuivait, le crochet traînant au sol, l'alerte avait été donnée mais aucune trace des renforts.
 Le Quel'dorei le plus jeune d'apparence était doté de cheveux argentés, contrastant avec la chevelure couleur blé de son aîné, l'ensemble ôtant une bonne partie du potentiel de camouflage dans une forêt qui leur était étrangère. Les avaient-on envoyé vers leur mort ?

 Le cadet, plein d'espoir, restait vaillant malgré la situation, il avait décidé d'affronter la créature de face, saisissant fermement sa lame Thalassienne séculaire. Il laissa pendre sa jambe droite en avant, prêt à anticiper le moindre mouvement de son adversaire, de la confiance ou de la fierté mal placée, il était convaincu d'être soutenu par ses ancêtres, qu'ils guidaient ses gestes. Il ne faisait qu'un avec son arme, pour Quel'Thalas. Mais ce n'était pas un orc, pas un troll. L'assemblage de chair et de sang n'était qu'à quelques pas de l'épée de l'elfe quand, d'un revers de sa main déformée, il contraignit celui-ci à voler jusqu'au tronc le plus proche. L'impact lui coupa le souffle. La dernière vision de Findol avant de sombrer totalement dans l'inconscience fut son compagnon se dressant en face de lui, protecteur. Il voulait lui venir en aide mais un voile obscurcissait désormais sa vision. Qu'avait-il fait ?

 Aucun lien de sang n'existait entre Findol et Rorfaen. Plus que de simples frères d'armes, ils s'étaient soutenus mutuellement pendant les précédentes guerres. Une fois sur le champ de bataille, ensembles, leur force était décuplée.  
 A son réveil, les soldats l'entouraient et le feu réchauffait doucement sa peau, il était de retour au camp, les renforts étaient venus. Plein d'espoir, il leur demanda des nouvelles de son compatriote, mais il était trop tard. Embroché dans le crochet de l'abomination, il baignait déjà dans son sang lorsque les humains les avaient rejoins.
Qui devait-il haïr ? Cette créature de la race de ceux qui avaient dévasté son foyer ? Les humains qui étaient arrivés trop tard malgré le signal d'alerte ? Lui-même, pour avoir fait preuve d'imprudence et de naïveté en voulant affronter un tel adversaire ?
 Au fond, les trois raisons étaient valables, il n'en retint aucune mais n'en abandonna pas pour autant, ainsi naissent de vieilles rancœurs et les douleurs ne disparaissent jamais réellement. Cette nuit là, le ciel ainsi que la forêt pleuraient, une nouvelle vie s'était éteinte. Emportée par le courant de la Guerre.

__

J'éditerai peut-être !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Findol
Lieutenant
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 24/08/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Quel'dorei sur le front   Ven 13 Déc - 14:35

Il est vrai qu'il avait perdu beaucoup des siens pendant la (ou les) Guerre(s). De proches parents à quelques amis aux liens tissés sur le front. Il existait cependant une personne qui, à ses yeux, était tout bonnement irremplaçable, celui qu'il s'était juré de défendre jusqu'à la fin de ses jours, de lui apprendre à grandir à ses côtés. C'était là le rôle du grand frère, à toute époque, pour toute les civilisation, qu'elle soit thalassienne, humaine, orque ou naine. Pairo était son nom et, contrairement à Findol, il avait choisi la voie du forestier en tant qu'archer talentueux (son frère s'y étant au départ opposé). Malgré son entraînement régulier et sa position au sein de l'ordre, Pairo Elensar était sûrement l'un des hauts-elfes les plus doux et aimants. La notion de noblesse ou de supériorité raciale lui était égale à un point tel qu'il avait totalement approuvé la promotion de Nathanos Marris, pourtant humain, en tant que forestier.

Il est vrai qu'en dehors de leur chevelure argentée, les deux frères n'avaient psychologiquement réellement rien en commun. Si Findol était doté d'un orgueil et d'une curiosité maladive, éternel insatisfait, son cadet devait être l'unique être capable de le faire sourire. Même s'il ne montrait pas, l'enchanteur n'imaginait pas un instant pouvoir en être séparé un jour. Une fratrie complémentaire voire fusionnelle. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, cette situation est hélas si fréquente lorsque les tambours de guerre résonnent. Pairo savait à quoi il s'exposait en offrant sa vie aux forestiers. Ainsi c'est sous les ordres de Sylvanas qu'il avait affronté en première ligne les abominations du fléau à l'aube de la troisième guerre. Comme beaucoup d'entre-eux, il ne disposa pas de sépulture car son corps ne fut pas retrouvé.

Contre toute attente, la nouvelle ne fit absolument pas réagir Findol, aucune larme, aucune prière. Etait-il atteint à tel point que tout sentiment en lui s'était éteint ou bien sa froideur n'avait-elle pas de limite ? Lui demander ? Peine perdue car le Quel'dorei n'était pas bavard de nature. Son raisonnement était simple, si le cadet part le premier, l'aîné n'a plus de raison de vivre, le seul manque de courage l'empêchait d'en finir. Il quitta finalement le Reliquaire peu avant le départ du prince Kael'thas et rejoignit le front humain mû par une seule idée. S'il n'était pas capable de se donner la mort, quelqu'un s'en chargerait à sa place.

Ayant déjà participé aux précédentes guerres, Findol par trois fois séculaire avait acquis une certaine expérience et les retrouvailles avec Rorfaen (voir plus haut) lui redonnèrent plus que du courage : un rôle à jouer.
Une nouvelle mort.
Un événement nocturne.
L'impuissance.

De nombreuses Lunes plus tard, le haut-elfe s'était établi en Hurlevent, son cœur battait encore, bien que cette fois-ci il eut réellement tout perdu : son frère, son foyer, ses amis.
Reprenant son travail d'enchanteur parmi les étrangers, il cessa toute activité guerrière durant les années qui suivirent. Réduit à l'état de pauvre coquille vide, incapable de parler de son passé ou de s'approcher des siens. Une seule nuit avait suffit à briser toutes ses résolutions et à le contraindre à la procrastination.

Qu'avait-il bien pu se passer ce soir là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Findol
Lieutenant
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 24/08/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Quel'dorei sur le front   Lun 27 Jan - 8:22

Allongé dans un lit d'herbe aux côtés de ses camarades (bien que différents) du front, Findol veillait, incapable de trouver le sommeil. Il n'attendait rien, n'avait jamais rien attendu après tout. Dégageant de son front une mèche couleur de lune, il entendit un bruissement. Quelqu'un ou quelque chose se tenait hors de la clairière, dans la pénombre, à l’affût. Le haut-elfe se redressa en un bond afin d'en avertir le soldat en charge de la garde nocturne. Apparemment, l'humain bourru n'avait rien perçu car il en vint à rire aux éclats, inconscient, présumant qu'il s'agissait là d'une simple bestiole de passage. Il se dirigea tout de même vers le bosquet d'un pas hésitant, sa silhouette lentement dissimulée par la nuit, imperceptible, même pour un être doué de nyctalopie et de sens particulièrement aiguisés.

Une minute s'écoula.
Cinq minutes.

Une demi-heure plus tard, il n'était toujours pas de retour. Dans une telle situation, le militaire lambda se devait de réveiller ses collègues pour les alerter. Le Quel'dorei, n'en fit rien et s'aventura même au sein des bois Lordaeronnais, solitaire dans l'âme.
Scrutant minutieusement les environs, il ne tarda pas à retrouver le patrouilleur. Percé au cœur, il n'avait vraisemblablement pas eu le temps de souffrir. Aucune trace de l'arme du crime, pas de carreau ni de flèche aux alentours.
D'un geste aussi rapide qu'assuré, Findol plongea ses mains gantées dans son sac sans fond en bandoulière, se saisissant de sa fine lame de fracture thalassienne ainsi que d'un rouleau d'enchantement de son cru.
Se sentant observé l'espace d'un instant, il s'adossa au chêne le plus proche. Tout se déroula en l'espace de quelques secondes. Jaillissant d'un buisson, l'ombre approcha dangereusement sa fine dague de la gorge du Haut-elfe qui répliqua d'une simple parade avant d'opter pour un bond de côté. Leurs regards se croisèrent alors.
Sa capuche obscure ne suffisait en rien à masquer son identité : Forestier sombre portant les couleurs de la dame Noire. Si le teint d'une pâleur maladive et le regard rougeoyant du non-mort contrastaient, leurs visages aux traits délicats et leurs chevelures argentées étaient en de nombreux points similaires. Quoi de plus normal pour deux frères.

Pairo.

Le cadet arborait une expression dans l'absolu impassible. Pas un brin d'étonnement au contact de son aîné, aucune trace d'un quelconque sourire.
L'échec, son rôle en tant que Lieutenant de Sylvanas était d'attaquer chaque sortant du camp Humain sans se faire repérer. Or il venait justement de croiser le fer avec l'un de ses ennemis, frère ou non. Il tourna donc le talon et bondit dans la pénombre, cependant suivi de près par Findol qui se jeta tout bonnement sur lui. Même dos à la terre, une épée contre son front, il ne réagit pas pour un sou, fermant simplement les yeux. Il avait failli, quoi de plus normal.

Qu'était-il en train de faire ? Pairo était mort, il n'avait aucune raison de se trouver là, mieux même, la non-vie devait être un véritable supplice. Pourquoi l'épargner ? De peur de ne jamais le revoir ? Il s'y était pourtant résolu. Les mains du Quel'dorei tremblaient, quelques gouttes de sueur perlaient à son front. Il en était tout bonnement incapable.
C'était là l'occasion rêvée pour le forestier de faucher une nouvelle vie, il repoussa donc délicatement la lame thalassienne sur le côté pour inverser les rôles de proie à prédateur.
Aucune goutte de sang.

Le non-mort s'approcha pour murmurer d'une voix dissonante propre aux relevés :
« La prochaine fois, n'hésite pas, Findol. Je n'hésiterai pas non plus. »

Puis il s'en détacha, tournant les talons et bondissant une dernière fois dans la pénombre. S'évaporant lentement de la vision du Haut-elfe encore sous le choc de ces retrouvailles macabres.
Retournant au camp, il avait perdu toutes ses belles résolutions. « Ne pas hésiter ? » Impossible. Non seulement il avait été incapable de lui sauver la vie, mais même dans la mort, il n'avait pu le protéger, le libérer de leur emprise.
Pourquoi l'avait-il épargné ? Il était désormais certain qu'il avait gardé certains souvenirs, mais n'était-ce que temporaire ?

Une nuit comme une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quel'dorei sur le front   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quel'dorei sur le front
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Scission Sin'dorei/Quel'dorei : une histoire exemplaire ?
» Quel'dorei, Sin'dorei et Draenor
» Quel est votre jeux 3D glasses préféré ?
» Quel entrainement pour Hattrick?
» G-Front et le bootlegs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rétribution :: Le campement :: Le feu de camp :: Histoires-
Sauter vers: